Liens d'accessibilité

Plus de 200 Chinois arrêtés en Espagne pour escroquerie


Un policier espagnol monte la garde devant le parlement, à Madrid, le 16 juillet 2016.

Plus de 200 Chinois installés en Espagne, d'où ils ont escroqué des milliers de leurs compatriotes par téléphone, leur soutirant un total de plus de 16 millions d'euros, ont été arrêtés, a annoncé mercredi la police espagnole.

Il s'agit de la "plus grande opération conjointe menée avec le ministère chinois de la Sécurité publique", a assuré la police dans un communiqué.

Les Chinois opéraient "à partir de différents ‘call centers’ situés dans des pavillons de luxe des provinces de Madrid (centre), Barcelone (nord-est) et Alicante (sud-est)", selon ce texte.

Ils sont soupçonnés d'avoir collectivement "causé un préjudice économique de plus de 16 millions d'euros à des milliers de victimes de République populaire de Chine".

"Nous parlons de milliers de citoyens chinois, surtout de familles modestes (...) auxquels on a volé leurs petites économies, ce qui a même abouti dans certains cas à un suicide", a déclaré le commissaire de police Eloy Quiros, lors d'une conférence de presse à Madrid.

Plus de 600 agents ont participé à cette opération, qui a "abouti au démantèlement de la branche espagnole d'un puissant syndicat du crime chinois spécialisé dans l'escroquerie massive par téléphone", selon le communiqué.

Les enquêteurs évoquent une organisation "ayant des ramifications dans différents pays sur les cinq continents", sans plus de détails.

L'enquête a débuté en juillet quand le ministère chinois de la Sécurité publique a averti la police espagnole que de nombreux Chinois étaient victimes, en Chine, d'escroqueries menées à travers un système d'appels par téléphonie IP (Internet protocol).

En Espagne, les employés clandestins de l'organisation criminelle travaillaient dans le plus grand secret, dans des "call centers" sommairement installés dans des bâtiments aux fenêtres obstruées.

Des dizaines d'opérateurs y téléphonaient "sans arrêt ni repos" en appliquant "une méthode sophistiquée pour parvenir à tromper leurs victimes potentielles".

Certains se faisaient passer pour des voisins, amis ou proches des personnes appelées en Chine, faisant semblant de les avertir que "de nombreuses escroqueries se produisaient dans leur entourage ou leur quartier", selon le communiqué. D'autres appelaient ensuite en se présentant comme policiers: ils assuraient à leur interlocuteur qu'il allait être, ou avait déjà été, victime d'une fraude.

"Finalement, un faux fonctionnaire (...) demandait de transférer une somme d'argent sur des comptes bancaires, prétendument sous contrôle pour pouvoir suivre la trace des fraudeurs", relate la police. Or ces comptes étaient "contrôlés par l'organisation criminelle (chinoise) dans des paradis fiscaux".

Aucun des Chinois arrêtés n'avait la nationalité espagnole, a souligné le commissaire, précisant qu'ils étaient arrivés comme touristes.

Des perquisitions ont été menées dans une vingtaine de pavillons et treize "call centers" clandestins démantelés.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG