Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les Ultras d'Al-Ahly suspendent leurs activités en Egypte


Des supporters d'Al-Ahly inquiets lors d'un match contre le WAC de Casablanca, Maroc le 4 novembre 2017

Les Ultras d'Al-Ahly, groupe de supporteurs du plus célèbre club d'Egypte mais considérés comme une organisation illégale par les autorités, ont annoncé lundi la suspension "sine die" de leurs activités.

Cette annonce a été effectuée sur la page facebook du groupe, qui compte plus de 1,3 million d'abonnés. Les responsables des "Ultras Ahlawy", qui sont traditionnellement mutiques avec les médias, n'étaient pas joignables pour commenter.

Aucune précision n'a été apportée sur le motif de cette décision, mais celle-ci intervient un mois après des violences entre certains de leurs membres et la police, à la suite d'un match au Caire entre Al-Ahly et le club gabonais de Mounana, dans le cadre des qualifications pour la Ligue des champions d'Afrique.

>> Lire aussi : 28 supporters du club Al-Ahly condamnés à un an de prison

Les Ultras Ahlawy sont régulièrement impliqués dans des affrontements avec les forces de l'ordre en marge des matchs du club, et plusieurs d'entre eux ont été emprisonnés.

En février 2012, au moins 74 personnes, pour la plupart des supporteurs d'Al-Ahly, sont mortes dans des heurts au stade de Port-Saïd après une rencontre entre le club cairote et l'équipe locale d'Al-Masry.

Le championnat égyptien, suspendu un temps, s'est par la suite joué sans public dans les gradins. Les autorités ont depuis assoupli l'accès aux stades.

>> Lire aussi : Plus de 200 supporteurs de Zamalek libérés après six mois de détention en Egypte

d'Alexandrie (nord) à un an d'emprisonnement pour avoir porté des tee-shirts en hommage aux "martyrs" du stade de Port-Saïd.

Trois ans après cette tragédie, au moins 20 fans de Zamalek, l'autre grand club du Caire, avaient eux aussi perdu la vie lors d'affrontements avec les forces de l'ordre devant un stade de la capitale.

L'an dernier, un tribunal du Caire a condamné 14 personnes, dont des Ultras de Zamalek, à des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité, pour avoir participé à ces heurts.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG