Liens d'accessibilité

Les pénuries d'électricité s'aggravent en Libye


Le chef du gouvernement d'union nationale en Libye, Fayez al-Sarral, Tripoli, (Photo : 3 avril 2016).

Le chef du gouvernement d'union nationale en Libye, Fayez al-Sarraj, a annulé sa participation au Forum économique de Davos pour tenter de résoudre la grave crise d'électricité qui s'est encore intensifiée cette semaine, a annoncé jeudi son porte-parole.

Un black-out total s'est produit à deux reprises depuis le début de la semaine dans l'ouest et le sud du pays en raison d'un déficit de production, couplé à une explosion de la demande à cause d'une vague de froid.

En plus des coupures d'électricité, qui durent parfois 24 heures, cette pénurie énergétique provoque quotidiennement de graves perturbations des réseaux de téléphonie mobile et d'internet, ainsi que dans l'approvisionnement en eau.

Ces problèmes mettent en évidence l'incapacité des autorités à améliorer la vie quotidienne dans ce pays plongé dans l'insécurité et l'instabilité depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Contesté, M. Sarraj, qui dirige le gouvernement depuis mars 2016, a décidé de ne pas se rendre à Davos pour faire face à l'urgence, selon Achraf al-Thulthi, le porte-parole du cabinet.

Tripoli et ses environs sont privés d'eau depuis une semaine faute d'énergie pour faire fonctionner les équipements pompant l'eau depuis le sud du pays.

La crise électrique s'est amplifiée depuis une semaine dans l'ouest après qu'un groupe armé ait fermé un gazoduc alimentant une des principales centrales électriques qui fournissant l'électricité à Tripoli.

La Compagnie nationale d'électricité a appelé mercredi soir la population à la solidarité, en mettant en garde contre la "dangerosité de la situation".

La ruée vers des solutions alternatives pour le chauffage notamment a provoqué une pénurie de bonbonnes de gaz et des files d'attente devant les stations-service.

Dans le sud, la population est plongée dans le noir depuis près de deux semaines, ce qui a poussé les représentants de la région au Parlement élu basé dans l'est du pays, à suspendre leur participation aux travaux de l'assemblée en signe de protestation.

La compagnie d'électricité explique que la pénurie est due notamment à la destruction de ses infrastructures lors de la guerre de 2011 ayant entraîné la chute du régime Kadhafi.

Depuis, les autorités de transition qui se sont succédées dans le pays ont été incapables de relancer les projets de développement et de reconstruction en raison du chaos et des rivalités entre les puissantes milices qui font la loi.

En plus d'un effondrement des services de base, la Libye fait face à une grave crise de liquidité et une chute vertigineuse de la monnaie locale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG