Liens d'accessibilité

Le chef de l'opposition ougandaise remis en liberté et inculpé

  • VOA Afrique

Kizza Besigye, haut responsable du Forum pour le changement démocratique (FDC), le 4 octobre 2016.

Le chef de l'opposition ougandaise, Kizza Besigye, ainsi que cinq de ses partisans ont été inculpés d'incitation à la violence et remis en liberté mercredi après six jours de détention, ont annoncé son parti et la police.

M. Besigye avait été arrêté la semaine dernière à la suite de la mort d'un partisan de l'opposition lors d'une manifestation interdite par les autorités dans la ville de Rukungiri (ouest).

Les manifestants protestaient contre un projet du parti au pouvoir visant à amender la Constitution pour supprimer l'âge limite fixé pour être président, ce qui permettrait au chef de l'Etat Yoweri Museveni, âgé de 73 ans, de se représenter en 2021 pour un sixième mandat consécutif.

Mugisha Muntu, haut responsable du Forum pour le changement démocratique (FDC, opposition), a indiqué que Kzza Besigye et les cinq autres opposants avaient été remis en liberté moyennant paiement d'une caution de 1.400 dollars (1.200 euros).

Un responsable régional de la police a de son côté précisé que les six opposants étaient accusés d'avoir incité les manifestants à agresser un policier dont la maison avait été attaquée et d'avoir endommagé un véhicule de police.

Ils sont en outre inculpés d'avoir "tenu un rassemblement interdit à Rukunguri le 18 octobre", a ajouté ce responsable.

Les six inculpés ont nié toutes ces accusations. La prochaine audience concernant cette affaire est prévue le 18 novembre.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG