Liens d'accessibilité

L'armée russe accuse les Etats-Unis de "soutenir" le groupe Etat islamique


Le président Donald Trump, à droite, et son homologue russe Vladimir Poutine lors du sommet de G20, Hambourg, Allemagne, 7 juillet 2017.

L'armée russe, qui intervient en Syrie en appui des forces gouvernementales, a accusé mercredi les Etats-Unis d'apporter un "soutien" au groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, empêchant ainsi son élimination.

"L'obstacle principal empêchant d'achever la destruction de l'EI en Syrie n'est pas la combativité des terroristes, mais le soutien (...) que leur apportent nos collègues américains", a affirmé le porte-parole du ministère de la Défense, le général Igor Konachenkov, dans un communiqué.

"Apparemment, les succès de l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe et la libération rapide de la vallée de l'Euphrate de l'EI vont à l'encontre des projets de nos partenaires américains", a-t-il estimé.

Selon le général Konachenkov, plusieurs "attaques des terroristes" qui ont pris en revers les forces syriennes se sont produites fin septembre en Syrie, et elles ont "toutes été effectuées depuis une zone de 50 km autour de la localité d'At-Tanf à la frontière jordano-syrienne" où est positionnée une garnison de la coalition internationale menée par Washington.

L'armée syrienne a "neutralisé les groupes mobiles de l'EI sur l'autoroute Palmyre-Deir Ezzor et a libéré les localités envahies par les combattants" du groupe jihadiste, souligne le communiqué.

"Mais si la partie américaine considère ces opérations comme des +hasards+, les forces russes et syriennes sont prêtes à entamer la destruction totale de tous ces +hasards+ dans la zone sous leur contrôle", a prévenu Igor Konachenkov.

Depuis le début de l'intervention militaire russe en Syrie en septembre 2015 en soutien aux forces de Bachar al-Assad, Moscou avait à plusieurs reprises accusé les Etats-Unis de soutenir la branche syrienne d'Al-Qaïda, l'ancien Front Al-Nosra et actuel Front Fateh al-Cham, et appelé Washington à "arrêter de faire des avances aux terroristes".

Pour sa part, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé les forces de la coalition dirigée par les Etats-Unis de commettre "des provocations sanglantes" contre les troupes russes en Syrie, dans une interview au quotidien à capitaux saoudiens Asharq al-Awsat publiée mercredi.

"Dans certains cas, ces forces ont indirectement encouragé d'autres terroristes à attaquer des positions stratégiques légitimement reprises par Damas, ou bien elles se sont délibérément engagées dans des provocations sanglantes contre nos forces", a-t-il affirmé.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG