Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Hausse de l'immigration illégale aux Etats-Unis malgré la "tolérance zéro"

Le président des Etats-Unis Donald Trump lors d'une table ronde sur l'immigration au Morrelly Homeland Security Center à Bethpage, New York, États-Unis, le 23 mai 2018.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis pour le troisième mois consécutif en mai, montrant que la politique de "tolérance zéro" voulue par Donald Trump ne parvient pas à juguler l'immigration illégale, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

Début mai, le président américain a ordonné d'engager désormais des poursuites contre toutes les personnes traversant illégalement la frontière et de séparer les enfants de leurs parents lorsque des familles traversent illégalement.

Malgré cela, en mai, les arrestations à la frontières étaient en hausse de 160% par rapport à mai 2017 et légèrement plus nombreuses qu'en avril de cette année.

Ces chiffres montrent notamment que des familles et des mineurs non accompagnés continuent d'arriver nombreux du Guatemala, du Honduras et du Salvador où la violence endémique les poussent à venir demander l'asile aux Etats-Unis.

Les contrôles à la frontière ont été renforcés par l'administration Trump et des militaires de la Garde nationale ont été déployés début avril.

>> Lire aussi : La Californie va finalement déployer des soldats comme demandé par Trump

"Ces chiffres montrent que bien que l'administration Trump soit en train de restaurer l'Etat de droit, il va falloir un effort prolongé et une mobilisation continue des ressources sur de longs mois pour désorganiser les cartels, les passeurs et les malfaiteurs", a affirmé Tyler Houlton, porte-parole du ministère de la Sécurité intérieure (DHS).

Donald Trump s'était félicité de la baisse importante de l'immigration illégale durant les huit premiers mois de son mandat en 2017, l'attribuant à ses décisions en matière de politique migratoire.

Mais, selon plusieurs médias, les mauvais chiffres l'avait rendu furieux en mai et conduit à l'annonce des mesures consistant à séparer les familles et à engager des poursuites contre toute personne traversant illégalement la frontière, y compris les demandeurs d'asile.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le policier impliqué dans la mort de George Floyd inculpé, couvre-feu à Minneapolis

Des agents de police se tiennent à l'extérieur du domicile en Floride de l'ancien officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, accusé du meurtre de George Floyd  en Floride. (REUTERS / Scott Audette)

Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation létale en début de semaine à Minneapolis a été arrêté et inculpé d'homicide involontaire ont annoncé vendredi les autorités locales. Un couvre-feu a été décrété vendredi à Minneapolis.

"L'ancien officier de police de Minneapolis Derek Chauvin a été inculpé par le bureau du procureur du comté de Hennepin de meurtre (au 3ème degré) et d'homicide involontaire", a annoncé vendredi le procureur Mike Freeman du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis.

La famille de cet homme de 46 ans, à qui le président Donald Trump a annoncé avoir parlé, a salué l'arrestation du policier comme un premier pas sur "la voie de la justice", mais l'a jugée "tardive" et insuffisante.

"Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Quelques instants plus tôt, les autorités locales avaient annoncé l'arrestation de M. Chauvin, qui avait été démis de ses fonctions.

Pour l'instant, seul le policier Derek Chauvin "a été placé en détention", a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota.

Une vidéo devenue virale montre ce policier blanc plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que M. Floyd disait ne plus pouvoir respirer.

Depuis la diffusion de cette vidéo des manifestations tournant à l'émeute ont éclaté à Minneapolis, notamment aux abords du commissariat où travaillaient les quatre policiers impliqués dans cette affaire, et dans d'autres villes de la région.

Des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

Ce drame rappelle la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs.

Lui aussi avait dit "Je ne peux pas respirer", une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte").

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations

Décès de George Floyd: un commissariat de Minneapolis incendié lors de manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis

Cinq cents soldats de la Garde nationale ont été mobilisés ce matin à Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Twitter a masqué vendredi un message de Donald Trump

Twitter a masqué vendredi un message de Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Entretien avec un résident de Minneapolis

Entretien avec un résident de Minneapolis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG