Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Dix-sept policiers inculpés après le décès d'un supporteur de foot en Tunisie


Les forces de sécurité tunisiennes face aux manifestants dans la ville de Sejenane, Tunisie, 12 décembre 2017.

Dix-sept policiers tunisiens ont été mis en examen pour homicide involontaire après le décès d'un supporter de foot, mort noyé en marge d'un match fin mars, a indiqué l'avocat des parties civiles, Me Ghazi Mrabet.

Les policiers sont accusés d'avoir poursuivi jusqu'à un petit cours d'eau proche du stade de Radès, en périphérie de Tunis, un groupe de jeunes impliqués dans des échauffourées entre supporteurs du Club africain, l'une des principales équipes de football tunisiennes, qui a emporté la Coupe de Tunisie le week-end dernier.

Selon des témoins, la victime, Omar Labidi, 19 ans, avait crié aux policiers qu'il ne savait pas nager, avant de sauter dans l'eau pour leur échapper.

Le corps du jeune homme avait été repêché le lendemain à environ trois kilomètres du stade de Radès.

>> Lire aussi : Plainte contre la police après le décès d'un supporteur en Tunisie

Le frère de la victime avait accusé les policiers d'avoir poussé le jeune supporteur à sauter dans le canal.

"Il (Omar) a dit au policier qu'il ne savait pas nager, le policier lui a répondu: 'vas-y apprends à nager, saute'" dans l'eau, a raconté son frère, selon une vidéo relayée par des médias tunisiens.

Pour critiquer l'attitude de la police, le hashtag #Taalam_Oum, apprends_à_nager en arabe, a largement circulé sur les réseaux sociaux.

La famille d'Omar Labidi, qui avait porté plainte, s'est constituée partie civile lundi.

>> Lire aussi : Trente-huit policiers blessés dans des heurts lors d'un "clasico" à Tunis

Le drame avait eu lieu le 31 mars après un match entre le Club africain et l'Olympique de Médenine (1-1), dans le cadre de la 22e journée de Ligue 1, au cours de laquelle des échauffourées avaient éclaté entre groupes de supporteurs du club tunisois. La violence est récurrente dans et autour des stades en Tunisie.

Début mai, une vidéo montrant deux jeunes supporteurs de basketball poursuivis et frappés par des hommes décrits comme des policiers, avait été largement partagée sur les réseaux sociaux, relançant l'émoi dans le pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG