Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Décision prise pour un retrait "important" des troupes américaines d'Afghanistan (officiel)

Les troupes américaines stationnées en Afghanistan.

Le président Donald Trump a décidé de retirer un nombre "important" des troupes américaines d'Afghanistan, a indiqué jeudi à l'AFP un responsable américain, au lendemain de l'annonce du retrait de celles stationnées en Syrie.

"La décision a été prise. Il y aura un retrait important" d'Afghanistan, a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat.

Quelque 7.000 des 14.000 soldats américains présents en Afghanistan seraient concernés, rapportent le Wall Street Journal et le New York Times.

Ces troupes opèrent à la fois dans une mission de l'Otan en soutien aux forces afghanes et pour des opérations séparées de lutte contre le terrorisme.

Donald Trump a pris sa décision mardi, selon ce responsable, le même jour où il a annoncé au Pentagone son intention de retirer les troupes américaines de Syrie.

Une annonce qui a conduit jeudi le ministre américain de la Défense Jim Mattis à présenter sa démission.

"Parce que vous avez le droit d'avoir un ministre de la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (...) je pense que me retirer est la bonne chose à faire", a-t-il écrit dans une longue lettre adressée au président et rendue publique par le Pentagone.

Les deux décisions de M. Trump sur la Syrie et l'Afghanistan sont susceptibles d'avoir des conséquences géopolitiques majeures dans les régions concernées.

Jim Mattis et d'autres conseillers militaires de premier plan avaient convaincu l'an dernier le milliardaire républicain, d'abord réfractaire à cette idée, d'envoyer des milliers de troupes supplémentaires en Afghanistan, où les talibans commençaient à regagner du terrain face aux forces afghanes.

La décision de retirer un nombre "important" de troupes américaines d'Afghanistan intervient alors que Washington encourage un accord de paix avec les talibans.

Avec AFP

Toutes les actualités

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG