Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crise politique au Honduras: début de dialogue avorté


L'opposant Salvador Nasralla lors d'une manifestation contre la réélection du président hondurien Juan Orlando Hernandez à Tegucigalpa, au Honduras, le 20 janvier 2018.

Un dialogue sous les auspices de l'ONU entre le gouvernement et l'opposition au Honduras, destiné à résoudre la crise qui a suivi l'élection présidentielle de novembre, a achoppé jeudi sur des désaccords entre les parties, a indiqué le leader de l'opposition Salvador Nasralla.

"Les conditions minimales pour entamer le dialogue ne sont pas réunies", a affirmé à l'AFP M. Nasralla, un présentateur de télévision et ex-candidat de l'Alliance de l'opposition contre la dictature aux dernières élections.

Il a regretté de supposées "stratégies dilatoires" du gouvernement pour éviter d'aborder les raisons de la crise qui, selon lui, se trouvent dans la réélection, par la "fraude", du président Juan Orlando Hernández.

Il a indiqué que le gouvernement proposait d'aborder des sujets comme les problèmes des agriculteurs, des éleveurs ou les réformes électorales, écartant ainsi les raisons de la crise qui s'est accompagnée de violents affrontements entre opposants et policiers.

Il a prédit que, dans ces circonstances, "les gens redescendront dans les rues en août" pour rejeter la réélection de M. Hernandez.

M. Nasralla et d'autres membres de l'opposition ont posé de "nouvelles conditions" pour commencer les discussions, s'est plaint pour sa part le représentant du gouvernement, Ebal Díaz, devant la presse.

La crise politique au Honduras a éclaté après les élections du 26 novembre, des dizaines de milliers de sympathisants de Salvador Nasralla bloquant les routes dans plusieurs régions du pays pour revendiquer la victoire de l'Alliance d'opposition.

Selon l'ONU, au moins 22 manifestants et un policier ont trouvé la mort lors de la répression de ces manifestations.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG