Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un président de club ivoirien suspendu deux ans de toute activité de football


Marc Wilmots, le nouveau sélectionneur des Eléphants lors d’une conférence de presse à Abidjan le 22 mars 2017. (VOA/Ibrahim Tounkara).

Le président du Stella Club d'Adjamé (2e div. ivoirienne) Salif Bictogo a été suspendu deux ans de toute activité relative au football, a annoncé la Fédération Ivoirienne de Football.

"La commission de discipline de la Fédération a pris jeudi une décision de suspension du président du Stella Club d'Adjamé (L2), Salif Bictogo, de toute activité relative au football pendant une durée de deux ans" indique un communiqué de la FIF.

"L'intéressé qui n'a pas daigné répondre à la convocation de la Commission et qui a accusé les dirigeants fédéraux lors d'une conférence de presse, de s'être adonnés à du blanchiment d'argent est également condamné au paiement d'une amende de 5 millions de francs CFA solidairement avec son club" précise le communiqué.

Salif Bictogo avait le 9 juillet affirmé qu'une somme de 3,8 milliards de FCFA a été sortie des caisses de la FIF sans justificatifs et qu'il s'agissait "d'un blanchiment d'argent", réfutant ainsi les justifications données par le vice-président de la FIF Sory Diabaté lors d'une assemblée générale tenue le 23 juin.

Salif Bictogo fait partie d'un groupe de dirigeants de clubs baptisé "le GX" qui s’est ligué contre le président de la FIF, Augustin Sidy Diallo, après l'échec des Ivoiriens à se qualifier pour le Mondial-2018.

"Nous avons fait le constat de la régression de notre football, et nous reprochons à Sidy Diallo son manque de vision. Nous dénonçons sa gestion opaque. Nous demandons sa démission, il n'a pas le coffre pour diriger la Fédération", avait déclaré en décembre Salif Bictogo, se présentant comme un des chefs de file des contestataires.

Des clubs et plusieurs groupements d'intérêts ont réclamé le 29 décembre une assemblée générale extraordinaire pour demander le départ du président de la FIF.

Cette demande émanait de 38 des 76 clubs de 1re, 2e et 3e divisions, ainsi que de quatre "groupements d'intérêts membres de la FIF".

Pour sa part, la Fédération internationale (Fifa) a mené plusieurs audits auprès de la FIF sur fond de crise.

La Fifa tente ainsi de dénouer cette situation qui prévaut et a même annoncé le 17 mai avoir suspendu tout nouveau paiement ou virement à destination de la FIF en raison des difficultés rencontrées par des auditeurs, chargés notamment de vérifier la gestion du président Sidy Diallo.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG