Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Contaminés au plomb, les habitants de Flint pourront exiger justice

Des manifestants sont en réunion dans la mairie de Flint, Michigan, le 2 février 2016. (VOA/ Nastasia Peteuil)

La Cour suprême des Etats-Unis a donné lundi son feu vert à la poursuite de deux recours collectifs en justice rassemblant des habitants de la ville de Flint, dont le réseau d'eau potable a été durablement contaminé au plomb.

Les résidents de cette ancienne cité industrielle, devenue symbole des injustices sociales aux Etats-Unis, avaient assigné devant les tribunaux des responsables de la ville et de l'Etat du Michigan.

Ces responsables avaient obtenu en première instance l'invalidation des procédures les visant, mais une cour d'appel de l'Ohio a ensuite infirmé en juillet 2017 cette décision.

Les neuf sages de Washington ont eux jugé lundi que les procédures devaient continuer.

>> Lire aussi : L'eau de la colère, une enquête à Flint de VOA Afrique

La haute cour a également rejeté les arguments avancés par la ville de Flint, le comté de Genesee et des responsables de la politique environnementale du Michigan.

L'eau contaminée au plomb dans la ville de Flint est l'un des pires scandales sanitaires de ces dernières années aux Etats-Unis.

Le drame a été provoqué par la décision des autorités locales de changer en 2014 la source d'approvisionnement en eau de la ville, par mesure d'économie.

La garde nationale est intervenue à Flint, Michigan, le 2 février 2016. (VOA/ Nastasia Peteuil)
La garde nationale est intervenue à Flint, Michigan, le 2 février 2016. (VOA/ Nastasia Peteuil)

L'eau acide et polluée de la rivière locale, préférée à l'eau pure du lac Michigan voisin, a rongé les conduites du réseau de distribution, exposant les habitants au saturnisme.

L'empoisonnement au plomb de milliers d'enfants de Flint menace d'avoir des conséquences catastrophiques sur leur santé durant des décennies.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Trump exulte à la publication du rapport de l'enquête russe

Trump exulte à la publication du rapport de l'enquête russe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Le département d'Etat se dit toujours "prêt à dialoguer" avec Pyongyang

Le président des États-Unis, Donald Trump, serre la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors de leurs premières rencontres au resort de Capella sur l'île de Sentosa, le 12 juin 2018 à Singapour.

Le département d'Etat américain s'est dit jeudi toujours prêt à coopérer avec la Corée du Nord, alors que Pyongyang a demandé un peu plus tôt le retrait du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo des discussions sur le nucléaire.

"Les Etats-Unis restent prêts à dialoguer avec la Corée du Nord dans le cadre de négociations constructives", a déclaré un porte-parole du département d'Etat.

Ce porte-parole a précisé que les Etats-Unis étaient au courant de la demande de Pyongyang d'écarter M. Pompeo, mais ne l'a pas directement commentée.

Accusant le chef de la diplomatie américaine de manquer de prudence et de maturité, un haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a demandé la désignation d'un nouvel interlocuteur américain.

"Je crains que si M. Pompeo participe encore aux discussions, l'atmosphère sera mauvaise et les discussions vont à nouveau s'engluer", a déclaré le directeur général du département des Affaires américaines au ministère nord-coréen des Affaires étrangères Kwon Jong Gun, selon l'agence KCNA.

Le secrétaire d'Etat américain s'est rendu quatre fois en Corée du Nord en 2018 et, s'il a espéré pouvoir conclure un accord avec la Corée du Nord, il s'est montré ferme sur son exigence de dénucléarisation complète avant tout allégement des sanctions américaines à l'encontre du régime reclus.

Trump se réjouit du rapport Mueller, dénonce une "arnaque"

Le président des États-Unis, Donald Trump, s'exprime lors du forum des dirigeants de la NRA-ILA lors de la réunion annuelle et des expositions du NRA au Kay Bailey Hutchison Convention Center à Dallas, Texas, 4 mai 2018.

Le président américain Donald Trump s'est réjoui jeudi des conclusions de l'enquête russe, qui a confirmé l'absence d'entente entre son équipe de campagne électorale et Moscou, mais ne le blanchit pas des soupçons d'entrave à la justice.

"C'est un bon jour pour moi", a lancé Donald Trump à la Maison Blanche au moment de la publication de ce rapport de plus de 400 pages après 22 mois d'enquête qui ont empoisonné ses deux premières années de mandat.

"Il ne faudra jamais que cela arrive à un autre président, cette arnaque", a-t-il ajouté à propos d'une enquête qu'il qualifie de "chasse aux sorcières".

Plus tôt, Donald Tump avait exulté sur Twitter en faisant une référence à la célèbre série "Game of Thrones".

"Pas de collusion, pas d'obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over", était-il écrit sur une image de lui imitant une affiche de la série, où on le voit de dos sur fond d'un épais brouillard.

Le rapport final du procureur spécial Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, a été publié jeudi par le ministère américain de la Justice.

Le document de plus de 400 pages est expurgé de ses données confidentielles.

Robert Mueller établit l'absence d'entente entre l'équipe de campagne électorale de Donald Trump et Moscou mais conclut ne pas être "en mesure" d'exonérer le président américain des soupçons d'entrave à la justice.

Trump: "Pas d'obstruction, pas de collusion"

Trump: "Pas d'obstruction, pas de collusion"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:16 0:00

Trump "n'a pas agi" pour entraver l'enquête russe, selon son ministre de la Justice

Le président Donald Trump lors d'un point de presse au jardin Rose de la Maison Blanche, Washington, 25 janvier 2019.

Le président américain Donald Trump n'a rien fait pour entraver l'enquête russe, a affirmé jeudi son ministre de la Justice Bill Barr peu avant la publication du rapport très attendu du procureur spécial Robert Mueller.

Le "président n'a pas agi pour priver le procureur spécial des documents et témoins nécessaires pour mener à bien son enquête", a affirmé Bill Barr. Les avocats personnels de Donald Trump ont pu lire ce rapport de 400 pages dans sa version expurgée "plus tôt cette semaine". Ils "n'ont pas été autorisés" à faire de coupes supplémentaires et "n'en ont pas exigé", a précisé le ministre.

Par ailleurs, L'enquête russe a prouvé qu'il n'y avait "pas eu de coopération" entre Donald Trump et les Russes qui ont tenté de peser sur la présidentielle de 2016, a déclaré jeudi le ministre américain de la Justice.

"Grâce à l'enquête rigoureuse du procureur spécial, nous savons que les agents russes qui ont mené ces efforts n'ont pas eu la coopération du président Trump ou de membres de son équipe de campagne", a dit Bill Barr lors d'une conférence de presse en amont de la publication du rapport final du procureur Robert Mueller

Voir plus

XS
SM
MD
LG