Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Au Texas, deux policiers à cheval tirent un homme noir par une corde

Donald Neely, tiré avec une corde par deux policiers à cheval au Texas, samedi 3 août 2019. (VOA/Capture d'écran Twitter)

Après qu'une photographie ait montré qu'un homme arrêté se soit fait traîner par une corde par deux de ses agents, le chef de la police de Galveston, Vernon Hale, a présenté ses excuses.

Samedi 3 août, Donald Neely, 43 ans, vient d’être pris en flagrant délit d’intrusion sur une propriété dont il avait déjà été banni. Deux agents de police le ramène à la station, menotté, encordé et tiré à cheval.

Lundi 5 août, sur Twitter, de nombreux utilisateurs comme Zellie publie cette photo :

Choqués, des internautes dénoncent des méthodes qui évoquent l’époque abolie des lynchages dans l'Amérique esclavagiste et ségrégationniste. "Une image qui rappelle des heures sombres", s’insurge Zellie. "Ecœurant et déplacé", poursuit-il.

Présentation des excuses

Dans un communiqué publié sur Facebook, le responsable de la police de Galveston explique que le suspect aurait normalement dû être conduit au poste dans un véhicule de police, mais que seuls des agents de la police montée étaient disponibles sur le moment.

Donald Neely, 43 ans, a donc été menotté, une corde a été attachée à ses menottes et il a été "escorté entre deux agents montés à cheval", peut-on lire dans le communiqué.

"Même s’il s’agit d’une technique enseignée et la meilleure des pratiques dans certaines circonstances, j’estime que nos agents ont pris une mauvaise décision et auraient pu attendre l’arrivée d’un véhicule", remarque toutefois Vernon Hale.

Conscient de "la perception négative de cette action", le chef de la police de cette ville texane de 50 000 habitants a par ailleurs décidé de suspendre l’utilisation de cette technique durant les arrestations.

Toutes les actualités

USA : Bernie Sanders dénonce les attaques homophobes visant Pete Buttigieg

Pete Buttigieg, ancien maire de South Bend (Indiana), candidat à la présidence des États-Unis, s'adresse à ses partisans lors des primaires au Nashua Community College, le 11 février 2020. (Joseph Prezioso / AFP)

Le sénateur Bernie Sanders a dénoncé vendredi les attaques homophobes "scandaleuses" visant son rival démocrate Pete Buttigieg prononcées par un célèbre animateur de radio proche de Donald Trump.

Figure de la sphère conservatrice américaine, Rush Limbaugh s'est moqué mercredi de l'ancien maire de South Bend (Indiana), "ce type gay de 37 ans qui embrasse son mari sur scène". M. Buttigieg a en fait 38 ans.

Ces propos ont pris un relief particulier car ils sont intervenus quelques jours après un hommage appuyé rendu par Donald Trump à l'animateur.

Lors de son discours sur l'état de l'Union devant le Congrès réuni au grand complet, le président américain lui a décerné la "médaille de liberté", plus haute décoration civile des Etats-Unis, et l'a remercié pour "des décennies de dévouement à notre pays".

"En tant que candidats, nous avons des désaccords, mais des attaques personnelles comme celles-ci sont inacceptables", a réagi Bernie Sanders.

"Les commentaires homophobes de Rush Limbaugh concernant Pete Buttigieg sont scandaleux et offensants. Ensemble, nous mettrons fin aux divisions et à la haine semées par Donald Trump", a-t-il ajouté.

Interrogé jeudi sur le fait de savoir s'il pensait que les Américains pourraient élire un président homosexuel, le président américain a répondu: "Je pense que oui".

"Je pense que certains ne le feraient pas. Mais je ne ferais pas partie de ce groupe pour être honnête", a-t-il ajouté dans l'émission de radio de Geraldo Rivera.

Pete Buttigieg n'a lui pas directement répondu aux attaques de l'animateur conservateur.

"Je suis fier de mon mariage, je suis fier de mon mari", a-t-il simplement déclaré jeudi soir lors d'une rencontre avec des électeurs à Las Vegas.

Deux ans après la fusillade de Parkland, les familles se souviennent

Deux ans après la fusillade de Parkland, les familles se souviennent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:55 0:00

Etats-Unis : Trump « rend mon travail difficile», dit le ministre de la justice

Etats-Unis : Trump « rend mon travail difficile», dit le ministre de la justice
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Des Washingtoniens partagent leurs projets pour la Saint-Valentin

Des Washingtoniens partagent leurs projets pour la Saint-Valentin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Des millions de personnes célèbrent la Saint-Valentin

Des millions de personnes célèbrent la Saint-Valentin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG