Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

L’affaire Mahamat Nour Ibédou

L’affaire Mahamat Nour Ibédou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Comparution de Mahamat Nour Ibédou à N’Djamena

Comparution de Mahamat Nour Ibédou à N’Djamena
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:26 0:00

Quatre militaires tués par Boko Haram au Tchad

Quatre militaires tués par Boko Haram au Tchad
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Quatre militaires tués par Boko Haram dans l'Ouest

Des soldats camerounais patrouillent le Lac Tchad le 1er mars 2013.

Le groupe jihadiste Boko Haram a tué quatre militaires de l'armée tchadienne lors d'une attaque menée lundi contre un poste récemment établi sur les rives du lac Tchad (Ouest), a appris l'AFP lundi auprès de l'armée et de l'administration.

"Nous avons tué 13 éléments de Boko Haram et nous déplorons la mort de quatre militaires et trois blessés" après une attaque survenue vers une heure du matin, a déclaré à l'AFP une source militaire. Ce bilan a été confirmé à l'AFP par le gouverneur de la province du lac Tchad, Nouki Charfadine.

Autour du lac Tchad, où se rejoignent le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, Boko Haram maintient des camps d'entraînement et multiplie enlèvements et attaques.

"Nous avions créé ce poste militaire, entre (la localité de) Ngouboua et (le village de) Bagassoula après l'enlèvement" d'un médecin, d'un infirmier et de leur chauffeur dans cette zone le 31 octobre, a précisé le gouverneur.

Outre ces enlèvements, cinq villageois avaient été tués mi-novembre.

Début septembre, Boko Haram avait tué sept personnes en une semaine, quatre civils et trois militaires, dans cette province.

Le 14 août, une kamikaze de Boko Haram, selon l'armée, avait tué six personnes en faisant exploser sa veste piégée dans la cour d'un chef traditionnel de la province.

Depuis 2015, les pays de la région luttent contre ces jihadistes au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition militaire régionale engagée autour du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance composés d'habitants.

Un ancien Premier ministre interpellé après une plainte pour escroquerie

Kalzeubé Pahimi Deubet, ministre d'Etat et secrétaire générale de la présidence à N'Djamena, le 27 octobre 2018. (VOA/ André Kodmadjingar)

L'ancien Premier ministre du Tchad, Kalzeubé Pahimi Deubet, actuellement ministre d'Etat, a été interpellé dimanche matin par la police judiciaire à N'Djamena, a annoncé le porte-parole de la police tchadienne, le colonel Paul Manga.

"Le ministre d'Etat a été interpellé pour être entendu à la suite d'une plainte de l'inspection générale d'Etat pour escroquerie", a-t-il dit à l'AFP.

"Il est toujours dans les locaux de la police judiciaire, alors que son audition est terminée", a précisé le porte-parole vers 21H00 (20H00 GMT).

Kalzeubé Pahimi Deubet est actuellement secrétaire général de la présidence, où il est chargé de coordonner l'action gouvernementale. Il a été Premier ministre entre 2013 et 2016, et plusieurs fois ministres.

Immense pays s'étendant de l'Afrique centrale à la bande sahélo-saharienne, le Tchad est dirigé par le président Idriss Déby Itno depuis 1990.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG