Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Rwanda

Le Rwanda va accueillir des réfugiés africains bloqués en Libye

Un passport pour réfugier au Rwanda.

Le Rwanda a signé mardi un accord avec l'Union africaine (UA) et le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) en vue d'accueillir temporairement des réfugiés et demandeurs d'asile africains bloqués en Libye, un accord que l'UA espère répliquer avec d'autres nations du continent.

"Nous recevrons un nombre initial de 500 (personnes) dans quelques semaines", a déclaré Hope Tumukunde Gasatura, représentante permanente du Rwanda à l'UA, lors d'une conférence de presse à Addis Abeba, aux côtés de représentants de l'organisation panafricaine et du HCR.

Ce premier groupe est "composé principalement de personnes originaires de la Corne de l'Afrique", ont précisé l'UA et l'ONU dans un communiqué. Elles seront accueillies dans un centre de transit au Rwanda avant d'être relocalisées dans d'autres pays ou, si elles le veulent, retourner dans leur propre pays.

Germaine Kamayirese, la ministre rwandaise chargée des mesures d'Urgence, a déclaré à la presse à Kigali que certains réfugiés "pourraient recevoir l'autorisation de rester au Rwanda".

En raison du chaos qui a suivi la chute de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est devenue un point de passage important pour les migrants originaires d'Afrique subsaharienne cherchant à rejoindre l'Europe.

L'ONU estime que 42.000 réfugiés africains se trouvent actuellement en Libye, a affirmé Cosmas Chanda, représentant du HCR auprès de l'UA. "Nous avons désespérément cherché des solutions pour ces gens (...), de moins en moins de pays à travers le monde sont prêts à accueillir des réfugiés", a-t-il dit.

Centre de détention

Le président rwandais, Paul Kagame, avait proposé dès novembre 2017 d'accueillir des Africains bloqués en Libye, dans la foulée d'un reportage de CNN montrant ce qui ressemblait à un marché d'esclaves.

La question a une nouvelle fois pris de l'importance dernièrement après la mort en juillet de 40 personnes, tuées par une frappe aérienne sur un centre de détention de migrants à Tajoura, dans la banlieue-est de Tripoli.

Le gouvernement rwandais se dit prêt à accueillir dans son centre de transit jusqu'à 30.000 Africains bloqués en Libye, mais uniquement par groupes de 500, afin d'éviter que le pays ne soit débordé.

"C'est un moment historique, parce que des Africains tendent la main à d'autres Africains", s'est réjouie Amira Elfadil, commissaire de l'UA aux Affaires sociales. "Je suis convaincue que cela fait partie des solutions durables".

L'UA espère que d'autres pays africains accepteront de fournir une aide similaire.

Depuis 2017, le HCR a "évacué" plus de 4.400 réfugiés et demandeurs d'asile depuis la Libye, dont 2.900 via un centre de transit au Niger et 425 via un centre de transit en Roumanie.

Mais l'agence onusienne a été critiquée pour sa gestion des mécanismes de transit. Le centre de transit au Niger a rapidement été surpeuplé, tandis que les demandes d'asile ont été traitées avec lenteur.

Le Rwanda et le HCR ont "appris de l'expérience au Niger, et nous avons amélioré la procédure", a soutenu M. Chanda, reconnaissant toutefois que "le processus sera très long".

Selon Hope Tumukunde Gasatura, les réfugiés et demandeurs d'asile seront accueillis dans des installations qui ont déjà été utilisées par des réfugiés burundais fuyant la crise dont leur pays est le théâtre depuis 2015.

L'Ouganda et le Rwanda signent un accord pour mettre fin aux tensions

Les présidents rwandais Paul Kagame, ougandais Yoweri Museveni, Joao Lourenço de l'Angola et Felix Tshisekedi de la RDC.

Les présidents du Rwanda et de l'Ouganda ont signé mercredi en Angola un accord destiné à mettre fin aux tensions opposant les deux voisins, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les relations entre les présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni se sont détériorées au cours des derniers mois au point d'amener ces anciens alliés à s'accuser mutuellement d'espionnage, assassinat politique et ingérence dans les affaires intérieures de l'autre pays.

Le protocole d'accord qu'ils ont conclu a été signé à Luanda en présence des présidents de l'Angola, Joao Lourenço, de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, et du Congo, Denis Sassou Nguesso.

Après la cérémonie, le président Kagame a dit ne s'attendre à aucun problème dans sa coopération "plus précise avec le président Museveni pour traiter ce que nous nous sommes engagés à traiter".

Les tensions entre le Rwanda et l'Ouganda ont provoqué la fermeture de la frontière entre les deux pays en février.

A cette date, le Rwanda a brusquement interdit à ses ressortissants de traverser la frontière commune, un point de passage essentiel au commerce de la région, frontière également fermée aux Ougandais souhaitant exporter au Rwanda.

En mars, le Rwanda avait publiquement accusé l'Ouganda d'avoir enlevé des Rwandais et de soutenir des rebelles voulant renverser son gouvernement.

M. Museveni a admis avoir rencontré, mais assure ne pas soutenir, les rebelles anti-Kagame. Ses services ont accusé des Rwandais d'Ouganda d'espionnage et certains d'entre eux ont été arrêtés ou expulsés.

Ebola: précautions et frustration à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

En mai, la police ougandaise avait aussi accusé des soldats rwandais d'avoir pénétré sur son territoire et d'y avoir tué deux hommes, ce que Kigali avait démenti.

Faute de solution, les tensions entre les deux hommes forts risquaient d'entraîner leurs voisins dans leur conflit et de menacer l'intégration des économies de la région et sa stabilité.

Le dirigeant angolais, le président Lourenço, a salué l'accord de mercredi qui, a-t-il dit, illustre "leur volonté de surmonter le conflit".

Ebola: précautions et frustration à la frontière

Ebola: précautions et frustration à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Ebola: baisse des flux à la frontière RDC-Rwanda

Un point de passage frontalier entre le Rwanda et la RDC.

Le trafic entre la ville rwandaise de Gisenyi et celle de Goma en RDC, où quatre cas d'Ebola ont été enregistrés, a baissé de manière drastique jeudi et vendredi, après les restrictions imposées par les autorités rwandaises à leurs ressortissants.

"Généralement, 60.000 personnes en moyenne font des navettes entre le Rwanda et la RDC ici à la petite barrière de Goma. Depuis le début de la semaine, nous enregistrons moins de dix mille traversées, une baisse considérable à cause d'Ebola", a déclaré un officier de l'immigration congolaise.

"La frontière n'est pas fermée. Mais le Rwanda empêche ses ressortissants de passer au Congo sans motif valable", explique un responsable qui travaille pour le compte de l'Organisation Internationale pour les Migrations au point de contrôle frontalier dans le cadre de la riposte contre Ebola en RDC.

"Des centaines de Rwandais sont empêchés de franchir la frontière", a affirmé Martin Sibomana, un ressortissant rwandais. "L'immigration rwandaise demande votre profession, la carte d'identité et beaucoup d'autres formalités et justifications qui n'existaient pas avant. S'ils ne sont pas satisfaits, ils vous refoulent", a témoigné, agacé, Franck Paluku, à la barrière. Ce manutentionnaire congolais, affirme avoir été renvoyé vendredi par les services d'immigration du Rwanda.

Habillés en uniformes noirs et portant des gants blancs, des officiers d'immigration congolaise, armés, contrôlent le contenu des sacs des voyageurs tandis que des agents de la riposte prélèvent systématiquement la température des passants à l'aide de thermoflash.

Déclarée en août dernier, l'épidémie d'Ebola est contenue jusque-là dans la province du Nord-Kivu (Beni, Butembo-Katwa) et marginalement dans celle de l'Ituri. Mi-juillet, un premier cas d'Ebola a été détecté dans la ville de Goma, à la frontière avec le Rwanda. L'organisation mondiale de la santé (OMS) avait alors placé au rang d'"urgence de santé publique de portée internationale". Depuis, quatre cas confirmés dont deux morts ont été enregistrés à Goma.

Mardi, les ministres congolais et rwandais de la Santé ont décidé de renforcer leur collaboration dans la lutte contre l'épidémie qui a déjà fait plus de 1.820 morts. Jusque-là, aucun cas d'Ebola n'a été signalé au Rwanda, alors qu'en juin, deux cas en provenance de la RDC ont été détectés en Ouganda voisin.

Ebola: contrôles à la frontière RDC-Rwanda

Ebola: contrôles à la frontière RDC-Rwanda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG