Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Quatorze personnes tuées dans deux attaques dans l'Est

Quatorze personnes tuées dans deux attaques dans l'Est
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

La police demande l'aide de la population contre l'insécurité à Lubumbashi

Des policiers dans les rues de Lubumbashi en RDC le 24 octobre 2017. (VOA/Narval Mabila)

Le nouveau commissaire de police de Lubumbashi, capitale de la province minière du Katanga en République démocratique du Congo, a demandé l'aide des habitants contre l'insécurité dans cette cité, coffre-fort des richesses du pays.

"Nous sollicitons un soutien total de la population" pour lutter contre la "criminalité que nous connaissons dans la ville de Lubumbashi et ses environs", a déclaré aux médias le général Louis-Second Karawa qui a pris ses fonctions lundi.

Dans la nuit de lundi à mardi, deux individus non-identifiés ont été tués dans "des échanges de tirs nourris" avec une patrouille police/armée, selon un communiqué de la police parvenu mercredi à l'AFP.

Un civil a également été "atteint par une balle perdue et a succombé à ses blessures".

Cette situation a crée la colère des habitants qui se sont attaqués à un policier de passage. Ce dernier "a tiré malencontreusement" sur un civil "qui a trouvé la mort", explique le communiqué.

Vendredi, un activiste, Joseph Kapepula a appelé, dans une vidéo, la population à manifester contre l'incapacité des autorités à mettre fin à l'insécurité à Lubumbashi.

Il a été arrêté par l'Agence nationale de renseignements (ANR).

"Il a été libéré mardi soir sur instruction au procureur général près la cour d'appel du Haut-Katanga"", a déclaré à l'AFP son avocat Idrissa Mwatcha.

L'activiste est de nouveau invité à se présenter au parquet lundi.

Dix-huit morts dans des combats autour d'une mine d'or dans l'Est

Dix-huit morts dans des combats autour d'une mine d'or dans l'Est
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Bukavu : des éboulements font 11 victimes suite une forte pluie

La place de l’Indépendance inondée par la pluie, à Bukavu, le 11 janvier 2020. (VOA/Ernest Muhero)

Plus de 50 ménages sont sans-abri à Bukavu après la forte pluie du 11 janvier, qui a entraîné des écroulements de maisons. La société civile fait état d’au moins 11 morts et de plusieurs habitations effondrées.

C’est une forte pluie qui s’est abattue pendant des heures l’après-midi du 11 janvier à Bukavu. Les artères de la ville se sont transformées en étendues d’eau, perturbant la circulation des véhicules et des piétons.

La terre a cédé dans les trois communes de la ville de Bukavu, entrainant l'effondrement des maisons et dévastant des parcelles. "Il y a eu des érosions, des éboulements, des gens gravement malades ou blessés. Des morts même parmi nous. Aussi une partie de la route s’est coupée", a témoigné à VOA Afrique, sous le sceau de l’anonymat, un habitant de l’avenue Bugabo en commune de Kadutu, victime des éboulements.

Selon des sources au sein de la société civile et chefs des quartiers frappés par les éboulements, au moins 11 personnes sont décédées à Ibanda, Kadutu et Bagira et plusieurs familles sont sans abris.

"Cette pluie a pris beaucoup de temps et cela a entraîné beaucoup des dégâts. Des maisons sont parties. Dans mon entité, j’ai enregistré deux morts, des enfants d’une même famille dont la maison s’est écroulée suite aux pluies", a ajouté Christine Azanga chef de quartier Nkafu, qui confirme des dégâts dans sa zone, avant d’inviter les populations à évacuer les maisons endommagées.

"Nous demandons à tous ceux qui habitent encore des maisons fissurées ou qui représentent un danger pour leur vie, d’obtempérer à la mesure qui a été prise par les autorités, notamment le maire de la ville de Bukavu les invitant à évacuer sans délai ces bâtiments dans le souci de sauver des vies humaines".

Selon le président de la société civile de Kadutu, Hypocrate Marume, les dégâts sont incalculables et nécessitent l’intervention urgente du gouvernement provincial et autres humanitaires et philanthropes; car non seulement il y a eu 7 morts en commune d’Ibanda, 3 en commune de Kadutu et 1 en commune de Bagira dans ces éboulements, mais 50 à 80 ménages sont sans abris.

"C’est une population qui est frustrée. Elle n’a aucune assistance. Nous en profitons aussi pour alerter et mettre en garde les services qui octroient la terre de voir dans le possible comment mettre de l’ordre dans ce secteur pour que demain, on ne puisse pas encore compter des morts. Mais aussi, nous appelons la population à la vigilance en ce qui concerne l’achat des parcelles. On doit s’informer davantage sur la topographie du sol et sur l’historique de l’endroit à acheter", a martelé Hypocrate Marume, président de la société civile de Kadutu.

Au moins 8 morts dans l'éboulement d'une décharge après de fortes pluies en Guinée (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Les sites sinistrés sont entre autre les avenues Bugabo, Buholo 4, les avenues Bourguignon, et Gyamba, les avenues Route d’Uvira et industrielle, les avenue Murhundu et Camps Ngambo entre autres.

Un rapport partiel du chef de l’avenue Buholo 4 note quatre ponts emportés,70 maisons ayant subis des fissures graves et 55 maisons complètement démolies rien que dans cette seule avenue.

Tout le week-end, des jeunes se sont activés pour tenter de dégager les décombres et récupérer ce qui peut l’être.

Le constat fait lundi est qu’au moindre signe de pluie, la psychose s’empare des familles qui craignent de perdre à nouveau des parents ou connaissances.

Le Rwanda soutient la RDC dans sa traque des rebelles hutus

Le Rwanda soutient la RDC dans sa traque des rebelles hutus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG