Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Manifestation à Goma contre la suspension des vols d’Ethiopian Airlines

Une manifestation à Goma, 24 aout 2013.

Une centaine de personnes sont descendues, mercredi, dans les rues de Goma avec des calicots, protestant contre la mesure du gouvernement tombée en début de semaine.

Les manifestants disaient dans leurs calicots : "Goma, c'est Ethiopian Airlines" ou "La population du Nord-Kivu soutient Ethiopian Airlines à 100%".

Le gouvernement a suspendu les vols directs de la compagnie d’aviation éthiopienne sur Goma juste après le vol inaugural vendredi dernier.

Les autorités congolaises ont évoqué les travaux de réfection de la piste d'atterrissage sur laquelle se posent néanmoins des Airbus A320 de la compagnie congolaise CAA, bien plus gros que Dash-8-400 prévu par la compagnie éthiopienne pour cette ligne.

Joint par VOA Afrique, Me Jean-Paul Lumbu Lumbu, l'un des organisateurs de la marche, estime que la Régie des Voies Aériennes a pris cette décision pour protéger les intérêts des actionnaires de la compagnie CAA, dont certains sont proches du pouvoir.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00
Télécharger

Ce membre du Parti Liberal pour le Développement (opposition) déclare que l'arrivée de la compagnie "Ethiopian Airlines permettrait de désenclaver le Nord-Kivu et de faire rentrer des recettes fiscales."

L'ONU déplore l'augmentation des violations des droits l’homme à l’approche des élections en RDC

ACHIVES - Manifestations à Kinshasa, janvier 2015

Le directeur Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme (BCNUDH) a affirmé mercredi que l’augmentation des violations des droits l’homme se constate dans tous les territoires du pays.

José Maria Aranaz a, lors d'une conférence de presse à Kinshasa, qualifié de "préoccupante" la situation qui a prévalu au cours du premier semestre de 2015.

"On a documenté 1.481 cas de violation" des droits de l'Homme de janvier à juin, soit une hausse de 30% par rapport au semestre précédent et de 21% sur un an, a souligné M. Aranaz.

Le directeur du BCNUDH a entre autres révélé une "nette augmentation du nombre de restrictions aux libertés fondamentales par des agents de l'État, dont le respect est essentiel à la tenue d'élections crédibles".

M. Aranaz a fait part de la détente dans les relations avec le gouvernement congolais qui avait expulsé prédécesseur, Scott Campbell, après la publication d'un rapport dénonçant des bavures policières qui avaient couté la vie à des dizaines de personnes du 19 au 21 janvier, lors des manifestations de protestation contre une tentative de modifier la loi électorale.

"77 violations" des droits de l'Homme "affectant 741 victimes" ont été commises à l'échelle du pays "dans le contexte du processus électoral à venir", selon le rapport du BCNUDH.

"Majoritairement commises à l'encontre d'opposants politiques, de membres de la société civile et de journalistes par des agents" ces violations touchent, selon l’ONU, au droit à la liberté d'expression, à l'intégrité physique et au droit de réunion pacifique.

Le BCNUDH évoque "un usage excessif de la force et à l'usage d'armes létales pour contrôler la foule".

Le climat politique est particulièrement tendu à l'approche d'une série d'élections, censée démarrer en octobre pour s'achever par la présidentielle en novembre 2016, à laquelle la Constitution interdit au président Joseph Kabila de se présenter, a constaté l’ONU.

M. Kabila dirige la RDC depuis 2001 et entretient le doute sur son avenir politique. L'opposition et une partie de la majorité le soupçonnent de vouloir tout faire pour se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat.

RDC : au moins neuf villageois tués par des ADF à Kakuka

Funérailles d'une vicitime des ADF-NALU dans le village de Mbau, près de Beni,Nord-Kivu, RDC, le 21 octobre 2014.

L’armée congolaise attribue l’attaque perpétrée mardi soir dans ce village de la région de Beni aux rebelles islamistes ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

Un porte-parole de l’armée a annoncé que les troupes régulières poursuivaient les assaillants.

La société civile dénonce la cruauté de l’attaque.

Teddy Kataliko, président de l'ONG Société civile du territoire de Beni, parle de 69 maisons brulées et deux otages amenés par les assaillants, en plus de neuf tués.

Selon M. Kataliko, les victimes ont tuées à la machette et par balle.

Selon l’AFP, les ADF ont déjà plus de 400 personnes dans la région malgré l’offensive de l’armée congolaise.

L’offensive contre les rebelles du FRPI, efficace selon Kobler

Martin Kobler, le chef de la Monusco (Reuters)

Le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) a fait ce constat mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon lui, les opérations de barrage et de fouilles menées par les Forces armées de la République démocratique du Congo (RDC) et soutenues par la Monusco, qui sont en cours contre les Forces de résistance patriotique d'Ituri (FRPI), sont "les plus efficace depuis la chute du M23".

Martin Kobler a souligné que la Monusco et l’armée congolaise mènent, depuis le 3 juin, des efforts communs qui "ont permis de neutraliser un quart environ des forces des FRPI".

Le chef de la Monusco a toutefois a déploré l'absence de coopération depuis cinq mois dans la lutte contre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) au Nord-Kivu et Sud-Kivu et au Katanga. "Nous devons surmonter l'impasse actuelle", a-t-il affirmé.

Pour lui, les forces gouvernementales "ont des difficultés à consolider leur emprise sur les zones libérées" prises aux FDLR, et ceux-ci "se réinstallent dans certains de leurs fiefs passés".

"Plus vite le gouvernement et la Monusco uniront leurs forces, plus vite les groupes armés seront éradiqués et plus vite les effectifs de la Monusco pourront être réduits" comme le souhaite Kinshasa, a-t-il plaidé.

Pour sa part, l'ambassadeur congolais à l'Onu, Ignace Gata Mavita, a qualifié "d'encourageants" les résultats obtenus par les FARDC contre les FDLR.

La coopération militaire entre la Monusco et Kinshasa était pratiquement au point mort depuis février, à la suite d'un différend sur le choix des généraux qui devaient mener l'offensive commune contre les FDLR dans l'est du pays.

Le FRPI est l'une des nombreuses milices qui se sont affrontées en Ituri de 1999 à 2007 pour le pillage des richesses naturelles de la région, notamment l'or.

Avec AFP

La RDC est théoriquement passée de 11 à 26 provinces

President Joseph Kabila

La période du 27 au juillet 31 juillet décrété par le gouvernement de la RDC pour l’élection des gouverneurs de ces 26 provinces fait des vagues.

Le nouveau découpage territorial qui se fait progressivement est en vigueur depuis le 11 juillet. Deux premières provinces, la province Orientale et l’Equateur sont déjà disséquées.

Eddy Isango a recueilli la réaction du député et président de la plate-forme de l’opposition « Forces acquises au changement (Fac) », Martin Fayulu.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00
Télécharger

Voir plus

XS
SM
MD
LG