Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Burundi : appel à une trêve de deux jours

Un manifestant tient des pneus que son groupe utilise dans une barricade enflammée à Bujumbura, Burundi. jeudi 30 avril 2015

L’appel est du groupe qui se fait reconnaitre désormais comme le Collectif contre le 3e mandat". Celui-ci a décidé vendredi d’observer deux jours de trêve dans les manifestations contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

Pacifique Nininahazwe, président du Forum pour la conscience et le développement (Focode), l'une des principales associations de la société société civile burundaise, a indiqué que le collectif donne ces 48 heures au président sortant du Burundi pour réfléchir aux conséquences de son projet de troisième mandat et y renoncer avant lundi.

Le collectif promet de revenir dans les rues avec beaucoup plus de vigueur. "Et nous n'allons plus les quitter tant qu'il n'aura pas renoncé à son projet", a-t-il lancé à l'attention de M. Nkurunziza.

Des manifestations ont éclaté après la désignation officielle, samedi dernier, de Nkurunziza par le CNDD-FDD, parti au pouvoir, comme son candidat pour la présidentielle du 26 juin prochain.

Au moins 66 blessés ont déjà été enregistrés dans des affrontements entre les manifestants et les policiers. Les autorités parlent d’une cinquantaine de policiers également blessés.

Selon la Commission électorale, l’enregistrement des candidatures est officiellement lancé vendredi.

RDC/Procès Chebeya : Suspension des poursuites contre les policiers en fuite

Floribert Chebeya Bahizire, défenseur des droits de l'homme congolais et fondateur de l'ONG La Voix des sans voix

La Haute cour militaire a, dans un arrêt rendu à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, décidé de poursuivre le procès en appel avec les policiers cités dans cette affaire, et qui sont présents à Kinshasa.

Selon le président de la Haute cour militaire de Kinshasa, les trois policiers en fuite, condamnés à mort en première instance en 2011, n'ont "pas été notifiés de leur condamnation" et n'ont donc "pas exercé leur droit de recours".

L’avocat des parties civiles, Peter Ngoma, a estimé que "la Haute cour vient de faire un passage en force" en décidant "de la disjonction des poursuites" entre les prévenus présents et ceux absents.

"On ne veut pas que les données" apportées par l'un des trois policiers en fuite, le major Paul Mwilambwe, "soient versées au dossier", a-t-il accusé.

Pour la Cour, il y a "possibilité d'exploiter toutes les pièces du dossier, même ceux [qu'apporteraient] les prévenus en fuite".

En 2012, le major Mwilambwe avait mis en cause le général John Numbi - le chef de la police en 2010, suspendu depuis de ses fonctions - dans la fin tragique de Chebeya.

Le général Numbi avait été entendu comme simple témoin en première instance, mais les parties civiles le considèrent comme le "suspect numéro un".

Pour sa part, la défense des cinq policiers présents au procès a salué l'arrêt de la cour: selon elle, il dispensera l'instance de suspendre le procès trois mois, à chaque fois qu'elle notifie une décision aux prévenus en fuite.

Fondateur de l'ONG La Voix des sans-voix, Floribert Chebeya avait été retrouvé mort dans sa voiture en périphérie de Kinshasa le 2 juin 2010, au lendemain d’une convocation au bureau de l’inspecteur général de la police Numbi.

La veille, il s'était rendu à l'inspection générale de la police pour y rencontrer le général Numbi, qui nie lui avoir donné rendez-vous. Le chauffeur de Chebeya, Fidèle Bazana, qui l'avait conduit à la police, est porté disparu depuis ce soir-là. La justice a conclu en premier instance qu'il avait, lui aussi, été assassiné.

Avec AFP

RDC : quatre fosses communes découvertes à Beni, selon l’armée congolaise

Des déplacés congolais ayant fui les attaques des combattants des ADF dans le camp de transit de Bukanga, à Bundibugyo, Ouganda, juillet 2013.

Les quatre fosses communes ont, selon l’armée congolaise, été découvertes dans la localité de Bango, à Beni, dans le Nord-Kivu, dans un camp que les rebelles ougandais des ADF occupaient avant d’en être chassés mardi.

Le major Victor Masandi, porte-parole de l’opération « Sokola1 » des Forces armées de la RDC (FARDC) a indiqué à VOA que les quatre fosses ont été trouvées à l’issue de l’offensive qui a permis de tuer le responsable numéro 3 des ADF, Kasada Karume.

« Nous avions d’abord pensé qu’il s’agissait des cache d’armes, mais nous étions surpris d’y trouver plutôt des corps », a déclaré le major Masandi.

Ces restes humains n’ont pas pu être identifiés, mais les autorités militaires ont demandé une ouverture d’une enquête internationale, a indiqué le major Masandi.

« Il peut s’agir d’otages, de rebelles malades morts dans les camps, de civils ou d’autres personnes », a-t-il ajouté.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00
Télécharger

Selon lui, l’opération lancée par l’armée congolaise a permis de repousser ces rebelles vers la forêt du nord. Une offensive finale de l’armée devrait permettre d’ «en finir bientôt avec ce groupe des djihadistes qui collabore avec les Shabaabs et autres groupes islamistes », a expliqué le major Masandi

Le groupe ADF originairement Ougandais, est présentement constitué de Congolais, Centrafricains, Tanzaniens et d'autres nationalités.

Il opère dans la région du Nord-est de la RDC depuis plus d’une décennie où des massacres réguliers de la population, à la machette et autres armes blanches, lui sont attribués.

RDC : libération provisoire des membres Lucha à Goma

Des leaders du mouvement "Y'en a marre" s'expriment à Dakar après avoir été expulsés de la RDC

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) affirme mercredi sur son compte Facebook que leurs camarades détenus depuis un mois à la prison centrale de Goma sont enfin libres.

Le directeur de la prison Munzenze , où étaient incarcérés les jeunes hommes, a confirmé que les quatre personnes ont bien été libérées dans l’après-midi.

Lucha précise, pour sa part, qu’il s’agit d’une libération provisioire. D’après un communiqué, le mouvement citoyen affirme avoir dû payer une "caution de 580 dollars".

Les quatre activistes citoyens ont été arrêtés le 7 avril lors d’une opération baptisée "Coup de sifllet" au cours de laquelle ils exigeaient la libération d’une trentaine de leurs camarades activistes détenus à Kinshasa.

Une trentaine de personnes au total avaient été arrêtées dont MM. Bauma et Makwambala le 15 mars.

Elles sont accusées d’incitation à la violence et atteintes à la sécurité de l’Etat.

Le numéro 3 des ADF tué, selon l’armée congolaise

Une victime d'une attaque attribuée aux rebelles des ADF est en train d'être conduite dans sa dernière demeure, près de Beni, province du Nord- Kivu, en octobre 2014.

Le porte-parole parole de l'armée congolaise, le général Léon-Richard Kasonga, a révélé mercredi que Kasada Karume, la troisième personnalité et commandant de la rébellion ougandaise, a été tué dans la nuit du 24 au 25 avril 2015.

Le général Kasonga a exclu tout doute sur la mort de Karume car, a-t-il indiqué, son corps a été formellement identifié par tous les services qui détiennent sa photo. Selon le porte-parole parole de l'armée congolaise, Kasada Karume a été abattu à Bango, au camp Baruku.

L’ONU a, pour sa part, confirmé la mort d’un responsable militaire des ADF sans le nommer.

Kasada Karume, membre du noyau dur des ADF, était accusé, entre autres, d'avoir assassiné plus de 300 personnes depuis octobre dans l'Est de la République démocratique du Congo.

Voir plus

XS
SM
MD
LG