Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

CAN 2015 : les Léopards en demi-finale

Bokila et Mbokani célèbrent le but des Congolais, Bata, 31 janvier 2015

En trente minutes, la RDC a inscrit quatre buts et élimine le Congo (4-2). Un scénario incroyable qui a fait vibrer tout le stade de Bata.

De la première mi-temps, on ne retiendra rien ou presque de ce 1/4 de finale. Beaucoup de déchet technique et de l'imprécision qui renvoient les joueurs aux vestiaires a égalité (0-0)

En seconde mi-temps, ce sont les Diables rouges qui frappent par deux fois et rappellent que le Congo est la seule equipe s'est qualifiée avec 7 points lors du premier tour.

A la 55e minute, Doré trompe Kidiaba. Il est imité sept minutes par Thievy qui profite d'une mauvaise relance de la défense congolaise.

A 2-0, les Léopards semblent prêts à faire leur valise pour rentrer à Kinshasa. Il n'en fut rien !

Vexés par l'insolente réussite du voisin de Brazzaville, les joueurs de Florent Ibenge vont réaliser 30 minutes de jeu parfaites.

Mbokani sonne la revole du plat du pied droit (65e) puis le virevoltant Bokila lui répond en envoyant un missile dans la lucarne de Mafumbi (75e)

Les Congolais sont inarrêtables puisque Kimwaki, de la tête, donne l'avantage à ses partenaires (81e).

Mbokani, si discret depuis le début du tournoi, clôt le festival offensive en inscrivant un dernier but dans les arrêts de jeu.

Le score est lourd pour les Diables rouges qui n'ont pas su gérer leur avantage de deux buts.

En conférence de presse d’après-match, le capitaine Oniangué reconnait : "On va murir, gagner en expérience. Passer le premier1er tour avec 7 points, c'était déjà remarquable, on voulait aller plus loin. Il faut garder le positif, on revient de loin. On n'a pas su gérer cette nouvelle situation de mener 2-0, à nous d'apprendre pour l'avenir."

Pour la RDC, la belle aventure continue. Florent Ibenge, entraineur congolais, réussit la ou pléthore d'entraineurs étrangers ont échoué.

"Je croyais qu'on pouvait revenir; marquer quatre buts peut-être pas, mais on n'avait pas été mis en difficulté. Contre le Congo-Brazza, il y avait une charge émotionnelle très forte, mais nous on voulait passer en demie, ce n'est pas tous les ans qu'on peut avoir cette opportunité. Au pays si on avait perdu ç'aurait été comme si rien n'avait été fait. La défaite aurait été plus dure à encaisser que pour nos voisins."

Le prochain adversaire sera d'un autre calibre : l’Algérie ou la Cote d'Ivoire. De Kinshasa à Goma, la République Démocratique du Congo est déjà prête à vibrer

Retour au calme à Aveba, dans l'Est de la RDC

L'Ituri est convoité notamment pour ses ressources aurifères (Reuters)

Les activités ont repris après des affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) de Cobra Matata.

Retour au calme dans la localité d’Aveba, dans le district de l’Ituri (Province Orientale), en République démocratique du Congo (RDC). Selon Radio Okapi, les activités ont repris après des affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) de Cobra Matata.

A l’issue d’une visite d’évaluation de la situation sécuritaire, la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) a constaté que les écoles ont rouvert leurs portes et que les déplacés rentrent progressivement chez eux au terme de près de trois semaines de violents combats entre les militaires et miliciens de la FRPI.

Par ailleurs, Radio Okapi signale qu’une personne a été abattue et deux autres grièvement blessées, dans la nuit de jeudi 29 janvier, au cours de l’attaque d’un mini bus, à Nyamunindi, à 20 km d’Uvira (Sud-Kivu).

RDC : la traque des opposants dénoncée

Vitale Kamerhe au centre,parmi d'autres opposants

Des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer la traque des opposants et membres de la société civile qui ont appelé la population à manifester contre le projet de modification de la électorale et à s’opposer contre la modification de la Constitution.

Après le bâtonnier Jean-Claude Muyambo inculpé pour un dossier judiciaire vieux de plus trois ans mais qui a été ressuscité, le tour est à Vital Kamerhe.

D’autres opposants et défenseurs des droits de l’homme sont aussi arrêtés depuis les dernières dans le pays. Soit pour des affaires qui remonteraient à bien longtemps, soit juste pour avoir troublé l’ordre public.

Eddy Isango a interviewé sur la question, le président de l’Association internationale des Avocats de la défense AIAD et coordonnateur du Réseau des droits humains au Congo, Jean-Marie Eley Lofele.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00
Télécharger

Kobler, satisfait du lancement des opérations contre les FDLR

« Seuls les combattants seront visés dans ces opérations », a dit Martin Kobler (Reuters)

« La MONUSCO soutient pleinement les forces armées congolaises (FARDC)", a déclaré Martin Kobler dans un communiqué .

Le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, s’est félicité du lancement des opérations militaires contre les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) par le gouvernement congolais.

« La MONUSCO soutient pleinement les forces armées congolaises (FARDC)", a déclaré M. Kobler dans un communiqué repris par le Centre d’actualités de l’ONU.

Le Chef d'état-major des FARDC, le général Etumba, a annoncé à Beni le lancement des opérations contre les FDLR. Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les Etats de la région avaient donné aux FDLR jusqu’au 2 janvier pour désarmer complètement, ou être neutralisées par la force.

« Le gouvernement ainsi que la communauté internationale ont jugé que le processus de désarmement volontaire des FDLR a échoué », a noté la MONUSCO.

« Seuls les combattants seront visés dans ces opérations », a ajouté M. Kobler. Le chef de la MONUSCO s'est entretenu avec le général Etumba pour finaliser les détails de la coopération entre les FARDC et la MONUSCO, précise le Centre d’actualités de l’ONU.

L'offensive anti-FDLR annoncée par Etumba, un ''feu vert'' pour la Monusco

Un milicien FDLR au Congo (Reuters)

Le gouvernement congolais compte s'appuyer lors de son offensive sur la Monusco et sa brigade d'intervention qui a pour mandat de neutraliser les groupes armés.

KINSHASA (Reuters) - Les combats n'ont pas encore commencé et Charles Bambara, porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco), a dit considérer l'annonce du chef d'état-major congolais comme un "feu vert" officiel au lancement des opérations.

Le gouvernement de Kinshasa avait déclaré au début du mois qu'il était prêt à lancer une offensive militaire contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui avaient jusqu'au 2 janvier à minuit pour déposer les armes aux termes d'un ultimatum lancé par les puissances régionales de l'Afrique des Grands Lacs.

Les FLDR, qui comptent dans leurs rangs des miliciens hutus impliqués dans le génocide de 1994 au Rwanda, opèrent dans les provinces du Nord- et du Sud-Kivu, à la frontière entre le Congo, le Rwanda et le Burundi. Leur présence est l'un des facteurs des violences en cours depuis vingt ans dans l'est de la République démocratique du Congo.

Le gouvernement congolais compte s'appuyer lors de son offensive sur la Monusco et sa brigade d'intervention qui a pour mandat de neutraliser les groupes armés. En 2013, cette brigade forte de 3.000 soldats a aidé les forces gouvernementales à reprendre les territoires du Nord-Kivu dont s'étaient emparés les rebelles tutsis du M23.

Voir plus

XS
SM
MD
LG