Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Marche massive à Mopti

Marche massive à Mopti
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Les Etats-Unis montrent à nouveau leur impatience face à l'évolution du Mali

Des soldats sénégalais de la Minusma patrouillent à Gao, le 24 juillet 2019.

Les Etats-Unis ont à nouveau montré mardi à l'ONU de l'impatience face à l'évolution de la situation au Mali, jugeant inacceptable que des parties à l'accord de paix de 2015 profitent de la mission de paix de l'ONU (Minusma) sans s'acquitter de leurs obligations.

"Malgré les efforts louables de la Minusma, la tendance générale (...) est extrêmement préoccupante", a souligné l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Craft, lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

"Le gouvernement du Mali et les groupes armés signataires (de l'accord de paix) ont fait peu de progrès pour l'appliquer". "Ceci n'est pas acceptable" et "nous ne pouvons continuer à soutenir une mission de paix qui profite aux parties signataires alors qu'elles refusent d'appliquer pleinement leurs engagements", a averti la diplomate américaine.

Répétant une menace ancienne de Washington, Kelly Craft a évoqué implicitement l'idée de mettre un terme à la Minusma, une grosse opération militaire au coût annuel dépassant le milliard de dollars et qui subit régulièrement des attaques meurtrières.

"Nous ne pouvons pas laisser passer une autre année sans nous rapprocher de l'application de l'accord de paix". "Si toutes les parties restent réticentes à sortir du statu quo, alors nous devons être prêts à développer une approche différente" pour le Mali, a-t-elle dit, sans autre précision.

La France et le représentant de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, ont au contraire fait valoir les progrès politiques accomplis.

"Des avancées significatives ont été enregistrées dans la mise en oeuvre de l'accord, notamment en ce qui concerne les réformes politiques et institutionnelles, les questions de défense et de sécurité ainsi que les questions de développement socio-économique", a souligné Mahamat Saleh Annadif.

"Des progrès significatifs" ont été réalisés, avait aussi dit à des journalistes avant la réunion l'ambassadeur français, Nicolas de Rivière. "Beaucoup reste à faire", avait-il toutefois concédé.


L'ambassadeur du Mali à l'ONU, Issa Konfourou, a aussi évoqué des "progrès substantiels". "Nous sommes dans la bonne tendance", a-t-il assuré, indiquant comprendre "l'impatience" de certains membres du Conseil de sécurité. Mais l'insécurité et des problèmes financiers contrecarrent l'application de l'accord de paix, a fait valoir le diplomate malien.

Au Mali, trois forces interviennent dans le domaine sécuritaire : les 5.000 militaires de la force conjointe antijihadiste G5-Sahel dont le rayon d'action couvre cinq pays (Mali, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger); la force française Barkhane (4.500 militaires); et la force de paix de l'ONU Minusma qui compte environ 15.000 militaires et policiers.

Le bilan de la double attaque de Boulkessi passe à 40 morts

Le bilan de la double attaque de Boulkessi passe à 40 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

L'attaque de Boulkessy a fait 40 morts, la plus meurtrière depuis 5 ans

Le ministre de la Défense avec les forces spéciales du pays à Boulkessy, le 7 octobre 2019. (VOA/FAMA)

Le bilan, revu de l'attaque du camp Fort 11 des forces armées maliennes de Boulkessy, est de 40 morts, une dizaine de blessés, de nombreux disparus et une trentaine de personnes retrouvées.

Les autorités maliennes, la population et les parents des soldats tombés sont entre prières et condamnations de cette attaque, la plus meurtrière de ces 5 dernières années.

Attaquées le 30 septembre dernier, c'est seulement le 3 octobre que les forces armées maliennes Fama ont pu récupérer le camp fort 11 de Boulkessy.

Le bilan de la double attaque de Boulkessi passe à 40 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00


"Le bilan est de 38 morts et 16 blessés à la date du 4 octobre, et 17 parachutistes sont toujours engagés sur le Fort 11 à Boulkessy", a déclaré le colonel major Oumar Diarra, commandant du théâtre des opérations du centre. Lundi ce bilan a été revu à la hausse, après la découverte de deux nouveaux corps.

Le ministre de la défense, Ibrahim Dahirou Dembélé, parle aux soldats à Boulkessy, le 7 octobre 2019. (VOA/FAMA)
Le ministre de la défense, Ibrahim Dahirou Dembélé, parle aux soldats à Boulkessy, le 7 octobre 2019. (VOA/FAMA)


"Il y a huit blessés qui sont à l'infirmerie à Sévaré, les blessés qu'on a vu à Boulkessy vont rentrer bientôt chez eux", confie le ministre de la Défense, Ibrahim Dahirou Dembélé, présent aux côtés des soldats maliens. Il a participé au combat de libération du Fort 11 à Boulkessy.

Après la double attaque contre les camps des Fama à Mondoro et Boulkessy, les partis politiques et les associations ont condamné ces attaques.

"Le Haut conseil islamique condamne cette attaque, il observe que la répétition de telles attaques et leur grande similitude constituent des preuves que le gouvernement du Mali a obligation d'améliorer sa politique d'anticipation et de prévention afin de réduire au maximum ces réactions à posteriori", a dit Mamadou Diamoutany, secrétaire-général du Haut conseil islamique du Mali.

Le président IBK ne veut pas désespérer et souhaite le renforcement de la capacité de riposte des forces en présence, surtout de la Minusma et du G5 Sahel.

Dimanche matin, au camp Para de Djicoroni, le Premier ministre malien a participé à la cérémonie de prière en hommage aux soldats tombés à Boulkessy. Dr Boubou Cissé a prié aux côtés des parents et camarades des soldats tués.

Hommage aux forces maliennes à Bamako

Hommage aux forces maliennes à Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG