Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Le Festival du cirque d'Abidjan revient avec une nouvelle ambition

Un funambule marche sur un fil à 30 mètres du sol, lors de la première édition du Festival du cirque d'Abidjan, Côte d'Ivoire, le 15 février 2018.

Le festival, qui accueille sur cinq jours 48 artistes de sept compagnies, vise la création d'une école de formation au cirque pour les jeunes talents africains.

Fortes du succès de la première édition en 2018, les Rencontres interculturelles du cirque d'Abidjan (RICA) reviennent avec une nouvelle ambition, la création d'une école de formation au cirque pour les jeunes talents africains.

Ce festival à visée culturelle et sociale accueille sur cinq jours, de mercredi à dimanche, 48 artistes de sept compagnies originaires du Japon, de France, du Maroc, d'Afrique du Sud et d'Ethiopie, avec un invité de prestige, le Cirque du Soleil, du Canada.

"On est partis d'un festival entre amis et finalement on a eu 10.000 spectateurs l'an dernier", raconte à l'AFP la fondatrice des RICA Chantal Djedje. "Ce succès et l'enthousiasme des artistes et de l'équipe nous ont encouragés à monter cette deuxième édition", dotée d'un budget plus important et qui présentera deux fois plus de spectacles, principalement à l'Institut Français.

Le festival conserve sa dimension sociale: les circassiens (artistes de cirque) se produiront dans des écoles et un centre social pour initier des enfants. Un grand spectacle à prix réduit avec toutes les compagnies sera présenté samedi au Palais de la Culture de Treichville, la plus grande salle de spectacle populaire d'Abidjan.

Les funambules de la troupe française Ca Slack Houle Douce présenteront un numéro d'équilibriste à Abobo, une des grandes communes populaires de la capitale économique ivoirienne.

Nouveauté également, pour la soirée d'ouverture, une compétition panafricaine rassemblant des artistes du continent (Mozambique, Ouganda, Bénin, Sénégal, Côte d'Ivoire), diffusée à la télévision, "pour encourager la création de nouvelles troupes de cirque", selon Mme Djedje.

La plupart des jeunes qui vont se produire étaient "déscolarisés" et ont appris le cirque "dans la rue", précise-t-elle.

La portée sociale est en effet une partie intégrante, et essentielle, des RICA, qui ambitionnent de créer d'ici à 2020 un Centre de formation des arts du cirque à Abidjan, ouvert à des jeunes de toute l'Afrique de l'Ouest.

'Un super beau projet!'

"Nous voulons accueillir une cinquantaine de jeunes et leur enseigner toutes les disciplines du cirque : la danse, le théâtre, la musique, le chant, l'entraînement sportif... mais aussi les métiers techniques (son, lumière, image...) et l'administration d'une compagnie", explique Mme Djedje.

"Beaucoup de jeunes veulent partir à l'étranger faute de formations ici. Les formations du centre leur ouvriront des portes", espère-t-elle.

Ce projet de centre de formation a séduit le Cirque du Soleil, mastodonte mondial qui compte 4500 employés dont 1500 circassiens, et qui présente en permanence 25 spectacles sur toute la planète. Trois de ses artistes se produiront en "guest star" pour la soirée d'ouverture des RICA. La compagnie pourrait apporter son expertise et son soutien au centre.

"Cette idée de créer un centre de formation répond à un grand besoin parce qu'il y a beaucoup de talents en Afrique mais il n'y a pas de formation, c'est un super beau projet! On est venu pour évaluer s'il y a des conditions gagnantes pour créer un partenariat, et on aimerait beaucoup soutenir cette école, à condition que ce soit durable dans le temps", explique Emmanuel Bochud, chef des affaires publiques et des relations dans les communautés du Cirque du Soleil.

Créé en 1984, "le Cirque du Soleil est un cirque citoyen. Dès qu'on a commencé de faire des profits, on a décidé de redonner dans les communautés à travers différents programmes, entre autres le programme Cirques du monde", rappelle-t-il.

En Afrique, "les jeunes en veulent, ils sont forts, ils ont une identité culturelle. Le cirque africain va avoir sa propre saveur, sa propre couleur, sa propre identité, pour être unique au monde", se réjouit M. Bochud, et "on est heureux" que les RICA "nous offrent un beau partenariat pour venir aider le développement du cirque africain".

Liberté conditionnelle pour Laurent Gbagbo

Liberté conditionnelle pour Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Liberté conditionnelle en Belgique pour l'ex-président ivoirien Gbagbo

Le président Alassane Ouattara, à droite, salue la princesse Astrid de Belgique, au centre, et le vice premier-ministre et chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, à gauche, au Palais de la présidence de la république, à Abidjan, Côte d’Ivoire, 25 octobre 2017

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité, va bénéficier d'une liberté conditionnelle en Belgique, a annoncé la CPI.

Ce choix de la Belgique est dicté par des raisons familiales, M. Gbagbo y ayant retrouvé une femme et un enfant.

"M. Gbagbo est désormais en liberté conditionnelle en Belgique", a indiqué mardi soir une porte-parole de la Cour. La mesure est provisoire, puisque l'acquittement prononcé le 15 janvier peut encore faire l'objet d'un appel.

Reconnu non coupable de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire, et libéré vendredi sous conditions, M. Gbagbo, 73 ans, avait appris samedi que la Belgique acceptait de l'accueillir.

Depuis lors, lui et son co-inculpé Charles Blé Goudé, l'ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes dont la CPI a également décidé la libération, résidaient dans un lieu tenu secret.

Parmi les conditions édictées par les juges figurait l'obligation de résider dans un Etat membre de la CPI, en attendant un éventuel procès en appel. Les magistrats n'avaient pas précisé de pays, et notamment pas si l'ancien président pouvait retourner en Côte d'Ivoire, qui fait partie des Etats membres.

Une porte-parole des services belges de l'immigration, Dominique Ernould, a confirmé à l'AFP qu'un visa avait été octroyé à M. Gbagbo. "On a donné les instructions pour lui délivrer un visa de type C, qui est une autorisation de séjour pour 90 jours", a-t-elle indiqué. "Ce visa lui permettra d'aller s'enregistrer comme résident dans la commune belge qui l'accueille".

Une source belge a précisé que le renouvellement d'un tel visa était exceptionnel.

- "Surveillance" -

Samedi, le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders avait expliqué qu'accueillir M. Gbagbo était "une demande de la Cour (...), tout simplement parce qu'il a de la famille en Belgique: sa deuxième épouse, un enfant à Bruxelles".

"Nous avons estimé qu'il était normal qu'il puisse séjourner pour sa libération conditionnelle (...) en Belgique dans des conditions strictes", avait-il ajouté. "Il devra évidemment se présenter à tout moment à la Cour pénale et il y aura une surveillance".

Selon la presse belge, M. Gbagbo a épousé lors d'un mariage coutumier en 2001 Nady Bamba, 47 ans, avec laquelle il a eu un fils.

L'ancienne Première dame Simone Ehivet Gbagbo, 69 ans, est restée en Côte d'Ivoire. Malgré le mandat d'arrêt qui la vise, son pays ne l'a jamais livrée à la CPI. Elle y a néanmoins passé sept ans en prison avant d'être libérée en août grâce une amnistie présidentielle.

Vendredi, elle avait dit croire à un retour de son mari. "Ils (MM. Gbagbo et Blé Goudé) sont enfin dehors. En liberté!! Rendons gloire à Dieu. Leur retour au pays suivra sûrement", avait-elle écrit sur Facebook.

Maintenu en détention depuis plus de sept ans, Laurent Gbagbo était jugé pour des crimes commis pendant la crise de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Il avait été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France. Il est le premier ancien chef d'Etat à avoir été remis directement à la CPI.

MM. Gbagbo et Blé Goudé étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

L'acquittement de M. Gbagbo est intervenu à une période tendue en Côte d'Ivoire, à l'approche de la présidentielle de 2020: Alassane Ouattara n'a pas dévoilé ses intentions et la coalition formée avec Henri Konan Bédié, son ancien allié contre Gbagbo, a explosé.

Avec AFP

La libération de Gbagbo vue par les Ivoiriens

La libération de Gbagbo vue par les Ivoiriens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Liberté sous condition accordée par la CPI pour Laurent Gbagbo

Liberté sous condition accordée par la CPI pour Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG