Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Centrafrique

Une pénurie d'eau inquiétante à Bangui

Une pénurie d'eau inquiétante à Bangui
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Des violences se poursuivent dans certaines régions malgré l'accord de paix

Des violences se poursuivent dans certaines régions malgré l'accord de paix
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:12 0:00

Touadera lève l'équivoque sur "l'amnistie" pour les rebelles

Touadera lève l'équivoque sur "l'amnistie" pour les rebelles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

L'accord de paix "n'accorde pas l'amnistie" selon la Présidence

Les FACA en entrainement à Bangui, en Centrafrique, le 17 août 2018. (VOA/Freeman Sipila)

La Présidence de la république centrafricaine a rappelé que l'accord de paix conclu à Karthoum en février avec les groupes armés était soumis à la constitution et n'accordait pas "l'amnistie", en réponse aux critiques à la nomination de plusieurs chefs de guerre à des postes gouvernementaux.

L'accord de paix "n'accorde pas l'amnistie et attache de l'importance à la lutte contre l'impunité", explique la présidence dans un communiqué publié jeudi soir.

"Les accords de paix n'ont en aucun cas valeur de traités internationaux. Ils sont au contraire soumis à la constitution", a-t-elle ajouté, soulignant néanmoins le contexte "exceptionnel" et "transitoire" de ce type d'accord.

Le 24 mars, plusieurs leaders de groupes armés qui controlent une grande partie du pays ont été nommés à des postes de conseillers militaires spéciaux à la primature dans le cadre de cet accord.

Depuis, des opposants politiques, ONG et chercheurs ont fait part de leur crainte d'une amnistie générale et ont vivement critiqué ces nominations.

Dans un communiqué publié mercredi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les procureurs de la République Centrafricaine "à mener des enquêtes sur les leaders de milices récemment affectés à des postes gouvernementaux."

"Certains ont dirigé des groupes armés responsables d'atrocités généralisées au cours des dernières années, dont des crimes de guerre et de possibles crimes contre l'humanité", a déclaré l'organisation de défense des droits de l'homme.

Selon elle, activistes et victimes ont exprimé de "vives inquiétudes quant à la possibilité que l'accord puisse être instrumentalisé pour exclure toute justice pour les crimes passés".

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

Pénurie d'eau chronique dans un quartier de Bangui

Pénurie d'eau à Bangui, à Centrafrique, le 26 avril 2019.

"Voilà trois mois que l'eau est partie dans mon quartier!": Marcelin, tuyau à la main, remplit ses bidons nonchalamment. De part et d'autre d'un petit kiosque bleu du quartier Lakouanga de Bangui, en Centrafrique, les bidons jaunes entassés forment un véritable mur.

Marcelin vient du 4e arrondissement, à une dizaine de km de Lakouanga. Dans son quartier comme dans de nombreux autres de Bangui, l'eau a disparu: plus rien ne coule du robinet et les puits sont vides.

Alors, autour de ce point d'eau public, deux jeunes hommes s'affairent à décharger, remplir et recharger les bidons sur des triporteurs de fortune.

Cette pénurie d'eau, qui dure, énerve les habitants, dont certains ont lancé une campagne de contestation sur les réseaux sociaux appelée "bidons jaunes", une référence à peine cachée au mouvement social français des "gilets jaunes".

Marcelin pose son tuyau. Un jeune homme, t-shirt troué sur les épaules, tend la main derrière le comptoir du kiosque-fontaine: pour remplir un bidon, Marcelin doit payer 25 francs CFA (trois centimes d'euro) à la Société de distribution d'eau en Centrafrique (Sodeca), qui gère le point d'eau.

Dans d'autres quartiers plus éloignés que la société ne parvient plus à alimenter, les bidons d'eau peuvent se vendre 200 francs.

Plus on s'éloigne des quartiers avec eau, plus le coût augmente. C'est le cas de Bimbo, sans eau depuis deux mois.

A l'hôpital de district du quartier, "on envoie les hygiénistes acheter de l'eau vers 2h du matin à droite à gauche", raconte Joséphine Nzapali, chef des soins de l'hôpital.

Le château d'eau de l'hôpital de district est vide, et le puits à sec. "Depuis le début de la pénurie, nous ne comptons plus les cas de surinfection", s'inquiète Mme. Nzapali en tournant un robinet, vide.

Combattre la pénurie d’électricité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Sur le sol, une flaque de sang rougit le béton. Une femme vient d'accoucher, mais pas d'eau pour nettoyer.

"Comment peut-on accoucher sans eau? Comment fait on pour nettoyer les fluides corporels?", demande la sage-femme, les mains rouges de sang.

Les infirmiers de l'établissement racontent les mêmes scènes qu'à Bangui: des jeunes à moto sous des montagnes de bidons jaunes s'en vont puiser l'eau en centre-ville.

Vétusté et manque de moyens

Parfois, c'est aux robinets publics comme à Lakounga, parfois sur des canalisations vandalisées. Certains particuliers qui ont encore l'eau courante la revendent aussi, au prix fort.

Joséphine Nzapali, elle, commence ses journées à quatre heures du matin, quand le soleil n'est pas encore levé, pour aller faire la queue et remplir ses bidons.

"Les problèmes avec la Sodeca, c'est chaque année, mais là les puits sont à secs", s'exclame-t-elle.

Au milieu des installations hydrauliques juchées sur une colline surplombant l'Oubangui, le directeur technique de la Sodeca, Eric Megalos-Dima, pousse un long soupir: "Par où commencer... disons que le problème est multifactoriel".

Vétusté des installations, guerre, manque de moyens... Les problèmes sont nombreux pour l'entreprise dont les installations ont été construites par l'Etat en 1976, quand la ville n'abritait que... 500.000 personnes.

Aujourd'hui, il y au bas mot 1,5 million d'habitants à Bangui.

"Sur les cinq pompes initiales, seulement trois fonctionnent; sur les trois conduites d'eau brutes, une seulement est utilisable; il y a des fuites sur tout le réseau, et l'insécurité empêche la réparation", détaille Eric Megalos-Dima.

Et en saison sèche, les pompes ont plus de difficulté à fonctionner et la situation empire.

Les années précédentes, quand les pluies venait à manquer, les Banguissois se rabattaient sur les nombreux puits et forages individuels.

"Mais cette année la sècheresse dure et les puits sont taris", estime le directeur technique. "Le réchauffement climatique se fait sentir, chaque année ça empire. Il est urgent de faire de nouveaux forages".

Le 12 mars, le gouvernement a annoncé la mise en place de citernes d'eau dans les quartiers hauts de la capitale, et la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca, 12.000 Casques bleus) la distribution d'eau dans certains quartiers.

En attendant, un autre habitant de la capitale attend à Lakouanga de remplir ses bidons. "Depuis ce matin je cherche de l'eau au lieu de travailler", râle-t-il. "L'eau c'est la vie! Sans eau on ne peut pas vivre...".

Voir plus

XS
SM
MD
LG