Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Centrafrique

Discussions après des combats entre l'ONU et un groupe armé

Des soldats tanzaniens de la Minusca patrouillent la ville de Gamboula le 6 juillet 2018.

Des discussions étaient en cours mardi à la suite de récents combats entre les troupes de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) et des combattants d'un groupe armé dans l'ouest du pays, selon la Minusca.

L'ONU a "engagé des discussions qui se poursuivent encore aujourd'hui avec" le groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), a déclaré à l'AFP le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro.

"Le but est de faire passer le message que ne nous tolèrerons pas d'autres attaques", a-t-il ajouté.

Depuis vendredi, les Casques bleus de la Minusca sont en opération militaire contre le FDPC dans l'ouest du pays.

Cinq membres du groupe ont été tués dans les combats, selon une note interne de l'ONU consultée par l'AFP. Le groupe armé parle, lui, de trois morts dans ses rangs.

Un Casque bleu a aussi été blessé lors de ces affrontements, a indiqué M. Monteiro en ajoutant qu'il était sorti de l'hôpital mardi.

L'opération militaire onusienne "a permis d'établir un poste militaire avancé" à Zoukombo, là où étaient positionnés les éléments du FDPC attaqués, selon M. Monteiro.

L'ONU reprochait au groupe armé d'avoir érigé des barricades sur la route nationale 1, la seule permettant d'approvisionner Bangui depuis le Cameroun, et volé une dizaine de pick-up.

Après la signature d'un accord de paix début février entre Bangui et 14 groupes armés dont le FDPC, ce groupe avait érigé des barricades en signe de mécontentement vis-à-vis des autorités qui, selon lui, n'avaient "pas respecté" l'accord dans la formation du gouvernement.

Ces barricades avaient finalement été levées début mars.

Un nouveau round de négociations a eu lieu mi-mars en Ethiopie, et un nouveau gouvernement a été nommé le 22 mars.

Si le leader du groupe, Abdoulaye Miskine, a décliné le poste ministériel qui lui était destiné, l'un de ses proches a été nommé "conseiller spécial" à la Primature et l'autre préfet de la Nana-Mambéré, région de l'ouest.

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

Polémique autour de la nationalité de chefs rebelles nommés conseillers en Centrafrique

Les FACA en entrainement à Bangui, en Centrafrique, le 17 août 2018. (VOA/Freeman Sipila)

Un chef de groupe armé récemment nommé conseiller ministériel a assuré mercredi être bien Centrafricain, après les critiques d'une ONG de la société civile selon laquelle plusieurs chefs de milices nommés à des responsabilités politiques étaient étrangers.

Mahamat Alkatim, leader du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), nommé fin mars conseiller militaire du Premier ministre, a "servi dans l'armée centrafricaine" et non au "Congo (ni au) Gabon, ni (au) Tchad ou (au) Cameroun", a indiqué le MPC dans un communiqué obtenu mercredi par l'AFP.

Mardi, le Groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine (GTSC) avait affirmé ne pas pouvoir "accepter qu'aujourd'hui, au nom de la paix, des étrangers sous sanctions internationales à l'instar d'Ali Darassa, Alkatim ou encore Sidiki soient nommés au sein de la haute administration".

Ali Darassa, chef de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), Mahamat Alkatim, et Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki), chef du groupe armé 3R (Retour, réclamation, réconciliation), ont été nommés le 25 mars "conseillers spéciaux militaires" à la primature, selon un décret présidentiel.

Les deux premiers sont accusés par leurs détracteurs d'être originaires du Tchad, le dernier du Cameroun.

L'annonce d'un nouveau gouvernement après la signature de l'accord de Khartoum, avait soulevé une vague de protestations de la part des groupes armés qui réclamaient davantage de ministères pour leurs représentants.

L'Union africaine (UA) avait alors convoqué à Addis Abeba une réunion de suivi entre les autorités et les quatorze groupes armés signataires de l'accord, pour tenter de le sauver.

Au terme de cette réunion, les signataires de l'accord de paix s'étaient entendus sur un nouveau gouvernement.

L'accord de Khartoum est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé. Aucun des précédents accords n'a abouti à un retour de la stabilité.

Centrafrique: les trompes des Broto, une tradition musicale menacée

Centrafrique: les trompes des Broto, une tradition musicale menacée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Didier Kassaï dessine pour la paix en Centrafrique

Didier Kassaï dessine pour la paix en Centrafrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:50 0:00

L'ex-premier ministre Sarandji nommé ministre d'Etat en Centrafrique

Le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji à Bangui, Centrafrique, avril 2016. (VOA/ Freeman Sipila)

L'ancien Premier ministre centrafricain, Simplice Mathieu Sarandji, dont les groupes armés avaient réclamé et obtenu la démission, a été nommé ministre d'Etat conseiller spécial à la présidence, selon un décret présidentiel rendu public mercredi.

M. Sarandji avait présenté sa démission et celle de son gouvernement le 22 février, conformément à l'accord de paix signé deux semaines auparavant à Bangui entre autorités et groupes armés.

Lors des négociations de cet accord menées à Khartoum à l'initiative de l'Union africaine (UA), les groupes armés avaient exigé et obtenu cette démission.

M. Sarandji avait été remplacé par un proche du président Faustin Archange Touadéra, Firmin Ngrebada, dont les groupes armés avait également exigé rapidement la démission, estimant que son gouvernement ne leur offrait pas suffisamment de postes.

A la suite d'une réunion convoquée par l'UA à Addis Abeba pour sauver l'accord de paix de Khartoum, un nouveau gouvernement, toujours dirigé par M. Ngrebada, a été formé la semaine dernière, accordant plus de places aux groupes armés.

Outre des ministères non régaliens, les représentants de groupes armés ont obtenu plusieurs postes de conseillers spéciaux à la présidence et à la primature. Parmi eux, Ali Darassa, chef de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), Mahamat Alkatim, chef du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) et Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki), chef du groupe armé 3R (Retour, réclamation, réconciliation).

Ils seront chargés auprès du Premier ministre, Firmin Ngrebada, de la mise en place des unités spéciales mixtes prévues par l'accord de Khartoum. Ces unités sont composées de membres des Forces armées centrafricaines (Faca) et des groupes armés qui contrôlent 80% du territoire de Centrafrique, afin d'en assurer la sécurité.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre depuis 2013. Près d'un quart de ses 4,5 millions d'habitants ont dû fuir leur domicile.

Voir plus

XS
SM
MD
LG