Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burkina-Faso

Les femmes du cinéma burkinabè persévèrent

Une remise de prix au Fespaco 2019, à Ouagadougou, Burkina Faso, 2 mars 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Le Fespaco vient de célébrer son cinquantenaire. En un demi-siècle, aucune réalisatrice n’a pu soulever le précieux trophée, l’Etalon d’Or de Yennenga.

En 50 ans d’existence, le trophée tant convoité de la plus grande compétition du cinéma africain échappe toujours aux femmes.

"50 ans sans une seule femme Etalon de Yennenga, c’est grave", lance la productrice et réalisatrice Kady Traoré.

Femmes et Etalon d'or de Yennenga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

"C’est dû aussi au fait que les femmes ne sont pas assez représentées. Quand on regarde le nombre de réalisateurs par rapport au nombre de réalisatrices, il y a un grand fossé. J’ai constaté que cette année les femmes étaient là. Elles ont eu pas mal de trophées. Le combat reste à mener encore pour l’Etalon", explique-t-elle.

Le critique de cinéma Abraham Bayili n’est pas du même avis, expliquant: "La compétition est ouverte aussi bien pour les hommes que pour les femmes. La plupart des institutions telles que l’Union européenne, l’Organisation internationale de la francophonie… donnent facilement à la gente féminine. Je trouve que c’est un faux débat parce que pour moi, la création artistique n’a pas de sexe".

​Pourtant ce problème de financement serait un véritable frein pour les réalisatrices, selon Valérie Kaboré, réalisatrice et productrice.

"Il faut qu’on travaille davantage. Il faut qu’on nous donne aussi la latitude d’être présentes parce que quand il y a une commission par exemple pour se battre et avoir le budget, les hommes, comme ils sont plus nombreux, ont plus de projets. Peut-être que dès le financement s’il y a une discrimination positive, cela peut nous permettre à toutes d’avancer parce qu’on a fait les mêmes écoles".

Pour Aïe Keita Yara, comédienne burkinabè, l’un des problèmes des femmes, c’est qu’elles cèdent vite au découragement.

"Les femmes ne se battent pas assez". J’ai écouté un jour à la radio une réalisatrice qui disait qu’elle n’est pas prête à abandonner son mari et ses enfants pour aller à la recherche des financements. Tu ne peux pas rester sous ton hangar et avoir les financements. Il faut se battre aussi comme les hommes. Je pense que les femmes baissent trop vite les bras".

​Pour le palmarès 2019 du Fespaco, les femmes se sont bien comportées en termes de distinctions.

Pour la première fois dans l’histoire du festival, un Etalon d’or de Yennenga a été institué dans la catégorie documentaire. C'est la Burkinabè Aïcha Boro qui l’a remporté avec "Le loup d’or de Balolé".

C’est peut-être pour les femmes une première étape vers le trophée de l’Etalon du Yennenga dans les éditions à venir.

« Ne m'appelez pas madame »

« Ne m'appelez pas madame »
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

"Malgré les intimidations, elles sont allées jusqu'au bout", Azata Soro, actrice burkinabè

"Malgré les intimidations, elles sont allées jusqu'au bout", Azata Soro, actrice burkinabè
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:07:15 0:00

Le SACCOL expose des objets d'époque à Ouagadougou

Les appareils d'époques au SACCOL, à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 6 mars 2019. (VOA/Issa Napon)

Le Salon des Curiosités des Conservations et des collections (SACCOL) veut raviver la mémoire contemporaine et inspirer la jeune génération. Cette exposition d’objets d’époque qui se tient dans le cadre du centenaire de la création de la colonie de Haute Volta en 1919, se veut un arrêt de réflexion et d’éducation de la jeunesse sur son histoire et sa culture.

Des archives, des outils, des spécimens de véhicules et vêtements datant des années d’indépendance, des armes de guerre de l’époque de la colonisation, sont entre autres, l’attraction de ce 5e SACCOL.

Jean-Roger Kisito, commissaire adjoint du salon, explique: "nous sommes vraiment satisfaits parce que ce ne sont pas uniquement les personnes âgées qui sont venues, nous avons reçu différents établissements parmi lesquels (...) le PMK, ainsi que le lycée de la jeunesse et d’autres établissements de la place qui ont fait venir des enfants pour visiter, également (les) responsables politiques d’autres personnalités qui ont bien voulu faire le déplacement pour nous encourager et puis nous promettre selon les moyens qu’ils ont, de nous permettre de faire le tour du Burkina".

Entre les archives, les tenues vestimentaires, les machines utilitaires des années 50 à 80, trônaient des électrophones et tourne-disques d’une autre époque, qu’un des visiteurs du jour revoit avec beaucoup d’émotions.

"J’ai vu l’électrophone où on pouvait encore mettre des disques, ça a réveillé des souvenirs il y quinze, vingt ans surtout avec George Ouédraogo, tous ces anciens artistes que j’ai eu à produire sur disques, amadou Balake Salembere Joseph il fallait emprunter à la radio rurale des Nagra", explique Moussa Joseph Ouédraogo.

Dehors les voitures de collections datant pour certains de 60 ans défient le soleil et le vent dans la cour du musée national. Le promoteur y a exprimé sa satisfaction de contribuer à l’éducation des jeunes et à rehausser l’histoire du pays des hommes intègres.

L’expert culturel, Boureima Djiga souligne que "depuis 2011 nous nous battons pour aussi créer et renforcer un partenariat entre les collectionneurs et les institutions spécialisées que sont les musées afin que ceux qui veulent protéger leurs biens puissent les confier à ces musées, donc nous jouons un rôle de facilitateur et puis pour la jeunesse, qu’elle soit scolaire (ou) estudiantine, c’est l’occasion (pour eux de) voir tout ce qu’ils apprennent à l’école ou dans les universités".

Les décrets officiels de l’administration coloniale de l’Afrique Occidentale Française (AOF) sur les soubresauts de la colonie de haute volta figurent en bonne place dans ce salon.

Après Ouagadougou, cette exposition se tiendra dans plusieurs autres villes de l’intérieur comme Bobo-Dioulasso, Dédougou et Tenkodogo.

Femmes et Etalon d'or de Yennenga

Femmes et Etalon d'or de Yennenga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG