Liens d'accessibilité

Tsvangirai rallie la fronde anti-Mugabe


Harare, Zimbabwe, 4 Juillet 2016

Harare, Zimbabwe, 4 Juillet 2016

L’opposant zimbabwéen Morgan Tsvangirai a apporté son soutien à Evan Mawarire, leader de manifestations contre le régime du président Robert Mugabe.

"Je tiens à féliciter le pasteur Mawarire, les autres groupes de pression et les autres citoyens ordinaires qui continuent à envoyer le message fort que la nation en a ras-le-bol", a déclaré vendredi Morgan Tsvangirai, à la tête du parti du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

"J'applaudis les efforts qu'il déploie. Cela va dans le sens de nos efforts. Je suis fier de lui", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Harare.

"La nation souffre, la vie est difficile pour tout le monde, excepté pour l'élite parasite qui se nourrit dans l'abreuvoir national", a-t-il encore dit.

Le Zimbabwe, embourbé dans une grave crise économique depuis le début des années 2000, a connu ces dernières semaines ses plus importantes manifestations et grèves depuis des années.

Le pasteur Mawarire, très actif sur les réseaux sociaux, affilié à aucun parti et encore inconnu du grand public il y a quelques mois, s'est imposé comme le chef de file de ce mouvement de contestation. Il a comblé le vide laissé par l'opposition politique traditionnelle, harcelée par le pouvoir, amorphe et divisée.

Son appel à la grève générale le 6 juillet a été bien suivi: écoles et commerces sont restés fermés et les transports publics ont été fortement perturbés. En revanche, son opération villes mortes a été un échec mercredi et jeudi, alors qu'il était brièvement détenu.

"Le président Mugabe et son gouvernement doivent démissionner ou faire face aux manifestations populaires, puisqu'il se montre incapable de trouver des solutions durables aux problèmes de la population", a dit Morgan Tsvangirai.

Le MDC "se coordonne en vue de préparer une action nationale à une date qui n'a pas encore été arrêtée", a-t-il ajouté.

Le leader du MDC a également appelé l'Union africaine (UA) et la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) à "prodiguer de sages conseils" au président Mugabe, au pouvoir depuis 1980.

"Il ne pourra s'en prendre qu'à lui si les citoyens prennent les choses en main de façon spontanée", a-t-il mis en garde.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG