Liens d'accessibilité

Zimbabwe : arrestation de militants anti-Mugabe


Le président Robert Mugabe du Zimbabwe, au centre, salue les chefs locaux à la mine Zimplats, en dehors de Harare, 13 octobre 2011. AFP PHOTO / Jekesai Njikizana / AFP PHOTO / Jekesai NJIKIZANA

Le président Robert Mugabe du Zimbabwe, au centre, salue les chefs locaux à la mine Zimplats, en dehors de Harare, 13 octobre 2011. AFP PHOTO / Jekesai Njikizana / AFP PHOTO / Jekesai NJIKIZANA

La police zimbabwéenne a interpellé 15 personnes, dont un journaliste et le frère d'un militant des droits de l'homme porté disparu, lors d'une manifestation contre le président Robert Mugabe, a indiqué vendredi un avocat.

"Certains ont été arrêtés hier soir. D'autres plus tôt dans la journée", a déclaré à l'AFP Obey Shava. "Ils sont inculpés de vol et d'entrave ou d'obstruction à la justice", a-t-il ajouté.

Selon Obey Shava, ces arrestations ont eu lieu en marge d'un rassemblement sur la place Africa Unity Square, dans le centre d'Harare, pour appeler le président Mugabe, au pouvoir depuis 1980, à démissionner.

La police a affirmé que les manifestants avaient volé une passante.

"Ce sont des inculpations falsifiées pour instiller la peur parmi la population et la décourager d'occuper la place Africa Unity", a estimé l'avocat.

La place a déjà abrité plusieurs manifestations pour dénoncer la disparition, depuis mars 2015, du militant des droits de l'homme Itai Dzamara.

Son frère Patson, qui fait partie des personnes arrêtées jeudi, avait publié la semaine dernière une photo montrant, selon lui, Itai Dzamara détenu dans un endroit inconnu et le visage partiellement masqué.

L'armée a nié toute implication dans sa disparition.

Patson Dzamara a été arrêté avec le journaliste Paidamoyo Muzulu du quotidien zimbabwéen NewsDay.

Plusieurs organisations religieuses zimbabwéennes - dont Zimbabwe Christian Alliance, le Prayer Network of Zimbabwe et la Commission catholique pour la justice et la paix - ont également demandé jeudi le départ du président Mugabe, âgé de 92 ans et au pouvoir depuis 1980.

"Il est très clair que le président Robert Mugabe nous a trahis. Nous estimons qu'il est trop vieux pour continuer", a déclaré à la presse locale le pasteur Ancelimo Magaya, organisateur d'une réunion entre ces organisations.

Le président Mugabe, plus vieux chef de l'Etat en exercice dans le monde, compte se représenter pour un autre mandat en 2018.

Après son indépendance en 1980, le Zimbabwe a connu vingt années plutôt sereines, avant de s'enfoncer au tournant du siècle dans une terrible crise économique dont il ne s'est jamais remis. Cet ancien grenier à blé de l'Afrique australe est aujourd'hui contraint d'importer des produits de base, comme l'huile, le sucre ou le savon.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG