Liens d'accessibilité

Zeid Ra'ad Al Hussein insiste sur la protection des droits des migrants en Europe


 Zeid Raad al-Hussein

Zeid Raad al-Hussein

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme a appelé les Etats membres de l'Union européenne à veiller à ce que toutes les discussions sur leur politique migratoire se fondent sur la nécessité de protéger les droits humains de tous les migrants.

Prenant la parole avant une réunion du 8 octobre du Conseil européen pour la Justice et les Affaires intérieures, Zeid Ra'ad Al Hussein a exprimé des préoccupations particulières au sujet de l’approche actuelle qui concentre l’attention sur les soi-disant « points chauds ».

Le HCDH se félicite "des efforts de l'UE pour offrir un soutien aux Etats membres de première ligne qui reçoivent un grand nombre de migrants, mais les Etats doivent veiller à ce que ces points chauds» ne deviennent pas, en effet, des centres de détention sans le nom", a poursuivi le Haut-Commissaire.

L’Italie et la Grèce ont toutes les deux réduit l'utilisation de la détention comme moyen de lutte contre cette vague d’immigration illégale. L'Italie sera le premier pays à commencer la relocalisation des réfugiés vendredi --un groupe d'Érythréens.
Entre-temps, l'Union européenne a déclaré qu'elle a convenu avec la Turquie d'intensifier la coopération pour la réinstallation des réfugiés et des migrants fuyant les zones de conflit au Moyen-Orient.
L'Union européenne va aider les patrouilles de garde-côtes turcs dans la gestion de l'afflux massif de réfugiés en vertu d'un plan discuté lundi à Bruxelles entre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Parallèlement, Ankara établira, sur une base prioritaire, six nouveaux centres d’accueil de réfugiés, partiellement financés par l’UE.
L’intention, disent les responsables, c’est de créer de meilleures conditions de vie pour les migrants et les réfugiés, prévenir la perte de vies humaines en mer, et décourager l'arrivée d'autres demandeurs d'asile dont l’objectif final est d’aller non en Italie et en Grèce mais dans les pays plus riches du nord de l’Europe.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG