Liens d'accessibilité

Yémen: les forces anti-rebelles progressent dans une région stratégique


Sanaa, Yemen, le 14 septembre 2015.

Sanaa, Yemen, le 14 septembre 2015.

Les forces pro-gouvernementales yéménites et des troupes de la coalition arabe ont progressé mardi face aux rebelles chiites pro-iraniens dans le centre du pays au troisième jour de leur offensive destinée à reconquérir la capitale Sanaa.

Cette offensive a pour objectif de mettre fin à un conflit au bilan humain de plus en plus lourd puisqu'il a fait 30 morts et 185 blessés par jour en moyenne depuis le début en mars de l'intervention de la coalition, selon des nouveaux chiffres de l'ONU.

Au total, 21 des 25 millions d'habitants du pays sont directement affectés par la guerre au Yémen où "la destruction des infrastructures civiles, comme les hôpitaux, mosquées et écoles, continue sans répit", indique le bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha).

"Le nombre de victimes est probablement beaucoup plus élevé que rapporté" en raison de la fermeture de nombreux services de santé pour les répertorier, précise l'agence de l'ONU.

Sur le terrain, des troupes au sol soutenues par des raids aériens de la coalition ont repris deux collines stratégiques autour de Sirwah, place forte des rebelles Houthis sur la route de Sanaa, dans la province de Marib, selon des responsables militaires loyalistes.

"Nous avons délogé les Houthis de ces collines et nous avons pu pénéter à Al-Zour", une position située à quelque 8 km de Sirwah, a déclaré à l'AFP le capitaine Zaid Al-Qaïsi.

"Des forces terrestres de la coalition, notamment des Emirats arabes unis mais aussi d'Arabie saoudite, participent à l'offensive", a-t-il assuré. Elles "procèdent à des opérations de déminage, ouvrant la voie à nos forces qui poursuivent leur progression vers Sirwah", a précisé le capitaine yéménite.

Des colonnes de fumée s'élevaient de collines bombardées par intermittence par des avions de combat de la coalition et pilonnées à l'artillerie par les forces progouvernementales, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Une source militaire a fait état d'au moins 15 morts parmi les rebelles chiites et leurs alliés, des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Sur un autre front au sud-ouest de la ville de Marib, de violents affrontements opposaient les forces loyales au président en exil Abd Rabbo Mansour Hadi aux rebelles qui tiennent des positions notamment autour d'un barrage hydraulique, selon des sources militaires.

Plus au sud, l'aviation de la coalition a mené au petit matin neuf raids aériens contre des positions rebelles aux confins de la province voisine de Chabwa, ont indiqué ces sources.

Les Emirats, un pilier de la coalition arabe, a déploré lundi soir la mort de deux soldats depuis le début dimanche de l'offensive dans la province pétrolière de Marib.

Cette offensive pourrait donner lieu ultérieurement à un assaut contre la capitale Sanaa, contrôlée par les Houthis depuis un an.

"Si vous voulez aller à Sanaa, vous devez d'abord aller à Marib. C'est la dernière ligne", a résumé un commandant émirati, le général Ali Al Kaabi, cité mardi par le quotidien The National d'Abou Dhabi.

La progression des forces loyalistes et de la coalition est ralentie par la présence de mines posées par les rebelles quand ils battent en retraite, a souligné le général Murad Turaiq, qui commande des unités loyalistes yéménites.

Human Rights Watch (HRW) a par ailleurs réclamé la libération par les Houthis de Mohammed Qahtan, le responsable d'un parti islamiste sunnite arrêté en avril par des hommes armés à Sanaa et dont on est sans nouvelles. Les Houthis "font régulièrement disparaître" leurs adversaires, souligne l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG