Liens d'accessibilité

Yémen: l'ONU tente de renouer le fil du dialogue entre gouvernement et rebelles


Des manifestants anti-gouvernementaux défilent à Sana'a, le 25 septembre 2011, en portant les cadavres de ceux tués lors d'une récente protestation.

Des manifestants anti-gouvernementaux défilent à Sana'a, le 25 septembre 2011, en portant les cadavres de ceux tués lors d'une récente protestation.

Le médiateur de l'ONU au Yémen a rencontré séparément les délégations présentes à Koweït pour tenter de relancer les négociations entre les rebelles et le gouvernement qui proteste contre des violations présumées de la trêve, ont indiqué mardi les Nations unies.

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a rencontré séparément lundi soir la délégation des rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran, celle du gouvernement appuyé par l'Arabie saoudite, des diplomates et d'autres personnalités, indique un communiqué de l'ONU.

La délégation du gouvernement a toutefois réaffirmé qu'elle ne reprendrait les pourparlers "directs ou indirects" qu'une fois évacuée une base militaire prise samedi par les rebelles.

Le chef de cette délégation Abdel Malak al-Mekhlafi, qui est également ministre des Affaires étrangères, a indiqué à la télévision Sky News Arabia qu'il poursuivrait les contacts avec l'émissaire de l'ONU en dépit de la suspension des pourparlers.

Selon le communiqué de l'ONU, les discussions séparées de lundi soir ont porté sur "la finalisation du cadre (des négociations) qui englobe les propositions des deux délégations et réduit les divergences qui les séparent".

L'émissaire de l'ONU a également évoqué, lors de ces discussions, les moyens de résoudre le différend né de l'occupation par les Houthis de la base militaire des Al-Amaliqa, située au nord de Sanaa.

M. Mekhlafi a assuré à Sky News Arabia que le gouvernement ne reprendrait les négociations que si les rebelles se retiraient de cette base et que des garanties étaient données concernant le respect du cessez-le-feu décrété le 11 avril au Yémen.

Le diplomate onusien avait réussi samedi à organiser des pourparlers directs, les premiers depuis le lancement des négociations le 21 avril, selon des membres de cette délégation.

En mars 2015, le conflit au Yémen a pris une dimension régionale avec l'intervention d'une coalition arabo-sunnite dirigée par l'Arabie saoudite pour aider le gouvernement à chasser les rebelles de territoires conquis fin 2014, dont la capitale Sanaa.

Le conflit a fait quelque 6.400 morts, pour la moitié des civils, et plus de 30.000 blessés depuis mars 2015, selon des estimations de l'ONU.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG