Liens d'accessibilité

Xénophobie : le gouvernement sud-africain décide de déployer l’armée à Alexandra


Une immigrante, son enfant sur le dos, vit dans un camp des réfugiés en Afrique du Sud, où elle fui la violence xénophobes des autochtones à Durban, mercredi 15 avril 2015

Une immigrante, son enfant sur le dos, vit dans un camp des réfugiés en Afrique du Sud, où elle fui la violence xénophobes des autochtones à Durban, mercredi 15 avril 2015

La décision a été annoncée mardi par la ministre de la Défense. Les militaires assisteront la police dans le maintien de l'ordre dans le township d'Alexandra, près de Johannesburg.

Nosiviwe Mapisa-Nqakula, la ministre de la Défense, a indiqué que l'armée est la dernière ligne de défense.

Elle a visité le vieux township, où de nouveaux incidents ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi.

"L'armée va être utilisée comme force de dissuasion contre la criminalité que nous observons", a-t-elle dit

Mme Mapisa-Nqakula a cependant noté que la décision n'avait pas été facile à prendre à cause de douloureux souvenirs laissés par l'armée dans les townships à l'époque de l'apartheid dans les années 1980 et 1990.

Ce déploiement de l’armée répond à une demande du Forum de la diaspora africaine, principale association d'immigrés africains dans le pays, en vue de protéger les populations.

Les violences xénophobes qui ont secoué ces quinze derniers jours les agglomérations de Durban et de Johannesburg ont fait officiellement sept morts et des milliers de déplacés.

La police sud-africaine semble dépassée par les actes xénophobes qui ne baissent pas malgré sa présence.

XS
SM
MD
LG