Liens d'accessibilité

Le président Obama reçoit aujourd’hui quatre chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest


Des participants à la conférence de l'Institut de la Paix sur la démocratie en Afrique francophone

Des participants à la conférence de l'Institut de la Paix sur la démocratie en Afrique francophone

Jeudi, à Washington, les présidents du Niger, du Bénin, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire ont évoqué les défis auxquels la démocratie est confrontée en Afrique de l’Ouest.

Le but de cette rencontre était d’évaluer les progrès vers la démocratie en Afrique francophone. Tara Sonenshine, vice-présidente de l’Institut de la Paix, s’est félicitée de la présence de personnalités venues de pays qui, a-t-elle rappelé, « ont connu beaucoup de souffrances, d'instabilité politique, de divisions ethniques et de fragilité ». Les quatre chefs d’Etat incarnent un nouvel espoir de voir la volonté populaire triompher, a-t-elle ajouté.

Le président de la Guinée, Alpha Condé, a averti que sans développement pour les communautés pauvres, la démocratie risque de mener à une impasse. Il a aussi évoqué l’attaque contre sa résidence il y a une dizaine de jours.

Son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, a évoqué son calvaire post-électoral : quatre mois dans un hôtel, tandis que Laurent Gbagbo refusait de quitter le pouvoir.

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a déclaré que la sécurité régionale joue un rôle clé dans la défense de la démocratie. Et quant au président Thomas Yayi Boni du Bénin, il s’est inquiété de l’aggravation du problème de la piraterie dans le Golfe de Guinée, une question qu’il compte évoquer aujourd’hui avec le président Barack Obama. La démocratie ne saurait faire bon ménage avec la corruption, a-t-il également noté.

Les quatre chefs d’Etat ont également lancé un appel aux diasporas, les invitant à revenir dans leurs pays respectifs et à investir dans le secteur privé. Ils ont dit espérer de la communauté internationale un nouvel allègement de la dette et davantage d’aide au développement.

XS
SM
MD
LG