Liens d'accessibilité

Washington sceptique sur d'éventuelles discussions avec Pyongyang


Vue d'une session du Conseil de sécurité de l'ONU à New York le 17 mars 2011.

Vue d'une session du Conseil de sécurité de l'ONU à New York le 17 mars 2011.

Les Etats-Unis ont exprimé leur scepticisme mercredi à propos d'éventuelles discussions avec la Corée du Nord, affirmant que son dirigeant Kim Jong-Un avait un comportement irrationnel peu compatible avec la diplomatie.

"Nous n'avons pas affaire à une personne rationnelle", a déclaré à des journalistes l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.


Mme Haley s'exprimait après une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU pour discuter d'éventuelles mesures contre la Corée du Nord, qui a procédé lundi à de nouveaux tirs de missiles.

Dans une allusion à la Chine, qui appelle à reprendre les discussions avec la Corée du Nord, Mme Haley a estimé que, "s'il s'agissait d'un autre pays, nous discuterions et ça ne poserait pas de problème".

Mais le dirigeant communiste nord-coréen est une "personne qui n'agit pas rationnellement, qui ne pense pas clairement", a ajouté la diplomate.

"Nous réévaluons la manière de procéder avec la Corée du Nord pour avancer".

La Corée du Nord a tiré au moins quatre missiles balistiques à portée intermédiaire en direction du Japon, de son propre aveu pour s'entraîner à frapper les bases américaines installées sur l'archipel nippon.


L'ambassadrice américaine a affirmé que "toutes les options étaient sur la table" et n'a pas exclu entièrement de discuter avec Pyongyang. Mais elle a souligné que la balle était dans le camp de la Corée du Nord de montrer une volonté de trouver une solution diplomatique.

"Nous avons besoin de voir que la Corée du Nord prend des actions positives avant même de la prendre au sérieux", a déclaré Mme Haley.

La Chine, principale alliée du régime de Pyongyang, a proposé mercredi un compromis pour éviter "une collision" entre les deux Corées, suggérant que le Nord suspende son programme nucléaire en échange de l'arrêt des manoeuvres militaires lancées par les Etats-Unis au Sud.

La France, le Japon et le Royaume-Uni, interrogés sur cette proposition, ont souligné que la balle était dans le camp de la Corée du Nord.

L'ambassadeur de Chine, Liu Jieyi a insisté pour sa part sur la nécessité de "réduire les tensions". Pékin s'inquiète du déploiement par les Etats-Unis cette semaine d'un bouclier antimissile américain en Corée du Sud.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné avec force mardi soir les derniers tirs de missiles nord-coréens.

Le Conseil de sécurité a déjà imposé six séries de sanctions au régime communiste, qui a néanmoins procédé à deux essais nucléaires en 2016 et plusieurs tirs de missiles balistiques.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG