Liens d'accessibilité

Washington fustige le dernier attentat attribué à Boko Haram


John Kirby (VOA)

John Kirby (VOA)

Les Nigérians méritent de vivre libres de la terreur et de la violence, a estimé le porte-parole du département d'Etat américain, John Kirby.

Les États-Unis ont fermement condamné l’attentat qui a touché mardi le village de Sabon Gari au Nigéria. Selon John Kirby, porte-parole du département d'État, même s’il n’a pas été revendiqué, il est survenu dans une région ou Boko Haram a fait des centaines de morts ces dernières semaines.

Les Nigérians méritent de vivre libres de la terreur et de la violence, a fait valoir M. Kirby.

L'explosion a touché le marché hebdomadaire du village de Sabon Gari, près de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, à une heure de grande affluence.

L'engin explosif "était caché dans un sac utilisé pour disperser des herbicides. Il a été introduit dans le marché et visiblement abandonné, d’après l’Agence France Presse (AFP). Une attaque qui portait la marque de Boko Haram, selon des témoins qui indiquent que des membres de groupes d'autodéfense et des volontaires se sont rendus sur place et ont pu évacuer les victimes. Des soldats y ont été déployés, et le marché a été fermé.

L'attaque a eu lieu deux jours après que des membres de Boko Haram ont tué quatre personnes et en ont enlevé cinq autres au cours d'une embuscade sur une autoroute dans la zone.

Des hommes armés soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste ont abattu huit personnes fin juillet dans un village près de Biu.

L'insurrection de Boko Haram et sa répression par les forces de l'ordre nigérianes ont fait plus de 15.000 morts depuis 200

XS
SM
MD
LG