Liens d'accessibilité

Washington extrêmement préoccupé par l'instabilité au Sahel


Des Maliens inquiets, comme Washington, de l'incapacité des contingents de la Cédéao

Des Maliens inquiets, comme Washington, de l'incapacité des contingents de la Cédéao

Les Etats-Unis sont extrêmement préoccupés par l’instabilité persistante dans le Sahel, et le risque que cela pose à la région et aux intérêts de Washington.

S’exprimant mardi devant les membres de la Commission des Forces armées du Sénat, Derek Chollet, le secrétaire adjoint à la Défense et coordonnateur pour les Affaires de sécurité internationale (ASI), a précisé que Washington partage l’objectif de la France de réduire le nombre de bases d’ Al-Qaïda au Mali, afin d’aider à rétablir l'intégrité territoriale du pays tout en fixant des conditions propices à des élections.

Les Etats-Unis ont soutenu les forces françaises de manière critique depuis janvier, a-t-il dit, notamment en partageant des renseignements, en fournissant des moyens de transport et facilitant des ravitaillements en vol de leurs appareils. Un appui logistique qui a facilité les opérations lancées par Paris.
La traque des islamistes se poursuit dans l'Ifoghas, au Mali

La traque des islamistes se poursuit dans l'Ifoghas, au Mali


Les Etats-Unis n’envisagent pas de déployer des unités de combat au Mali, a dit encore M. Chollet, mais l’armée américaine continue d’appuyer les voisins du Mali en formant des militaires et en fournissant des aides pour contrer les menaces régionales.

Quant à la Cédéao, Washington juge « incapables » les unités de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest envoyées au Mali. C’est ce qu’a déclaré Michael Sheehan, sous-secrétaire à la Défense, chargé des opérations spéciales et des conflits de faible intensité.

« En ce moment, la force de la Cédéao n'est pas capable du tout. Ce que vous avez vu là-bas, c'est une force tout à fait incapable. Cela doit changer », a déclaré M. Sheehan, qui s’exprimait mardi devant les membres de la Commission des Forces armées du Sénat.

Néanmoins, M. Sheehan s’est félicité du fait que l’intervention française au Mali, appuyée par des unités africaines et au plan logistique, par les Etats-Unis, ait pu repousser les milices islamistes qui avaient pris le contrôle du pays et menaçaient la capitale, Bamako.

« Les Français ont bouté Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) hors des grandes villes du nord du Mali, et nous nous efforçons de créer une opération des Nations Unies pour prendre le relais » a-t-il dit.

L’Agence France Presse (AFP) rappelle que la force africaine est constituée d'environ 4.300 soldats de pays membres de la Cédéao, notamment du Togo, du Sénégal, du Bénin, du Ghana, du Niger, de la Sierra Leone, de Côte d'Ivoire et du Burkina Faso, auxquels s'ajoutent 2.000 militaires tchadiens et quelque 4.000 soldats français.

Cette force africaine est appelée dans les mois à venir à laisser sa place à une opération de maintien de la paix de l'ONU.
XS
SM
MD
LG