Liens d'accessibilité

Washington confirme la mort du chef des shebab


Un milicien shebab (AP)

Un milicien shebab (AP)

Le chef suprême de la milice islamiste des shebab, Ahmed Abdi Godane, a été tué lors d’une frappe aérienne américaine menée lundi en Somalie. Du moins, c’est ce qu’indique un communiqué du bureau de presse de la Maison Blanche. Il précise que le Pentagone a confirmé la mort de Godane, soulignant que c’est « une grande perte symbolique et opérationnelle » pour le plus important allié d’Al-Qaïda en Afrique.

Le gouvernement américain s’engage, toutefois, à continuer la lutte contre les shebab tant aux plans militaire et diplomatique que financier. La Maison-Blanche réaffirme aussi le soutien des Etats-Unis aux partenaires internationaux, en particulier la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).

De son côté, le Premier ministre de la Somalie, Abdiweli Sheikh Ahmed, a confirmé la mort de Godane, tué selon lui lors d'une opération lundi près du village d'Haawaay, dans la région du Bas-Shabelle. Le gouvernement somalien a aidé à retrouver l'ex-chef des shebab, a-t-il ajouté.

Orateur éloquent, poète, doté d’un fort charisme, Ahmed Abdi Godane avait pris les rênes des shebab en 2008, après la mort d’Aden Hashi Ayro dans un raid aérien mené par les Etats-Unis. Il avait rapidement imposé son autorité, et mené des attaques encore plus violentes contre le gouvernement somalien et les forces étrangères en Somalie. En 2012, il avait forgé une alliance formelle avec le réseau terroriste Al-Qaïda.

À 37 ans, Godane était devenu l'un des hommes les plus recherchés pour terrorisme par les États-Unis, qui avaient mis sa tête à prix pour sept millions de dollars. En 2013, il avait dirigé l’attaque sanglante contre le centre commercial Westgate de Nairobi. Bilan : 67 personnes tuées.

XS
SM
MD
LG