Liens d'accessibilité

Après Facebook, Zuckerberg rêve de conquérir les étoiles


Le soleil se lève derrière l'entrée du siège de Facebook à Menlo Park

Le soleil se lève derrière l'entrée du siège de Facebook à Menlo Park

Un milliardaire russe, le fondateur de Facebook et le célèbre astrophysicien britannique veulent explorer les étoiles à l’aide d’un vaisseau spatial ultrarapide et à voile.

C’est un rêve fou mais vieux comme le monde. Le milliardaire russe Yuri Milner s’est associé à Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook et Stephen Hawking, le célèbre astrophysicien britannique pour créer un engin spatial à voile extrêmement rapide pour un voyage intergalactique. La révélation a été faite mardi lors d’une conférence de presse à New York

L’homme d’affaires russe, a annoncé son souhait de construire un vaisseau spatial: le "StarChip". “Le Starchip, une lamelle qui pèse à peine un gramme est dotée d’une caméra, de produits photons, une batterie, un système de navigation et de communication”. L’idée serait de propulser l’engin à un cinquième de la vitesse de la lumière en le bombardant de photons produits par un laser basé sur Terre.

Cela permettrait au vaisseau d’atteindre une vitesse de 60.000 kilomètres par seconde. A titre de comparaison la sonde américaine New Horizons qui a atteint Pluton d’an dernier, avait une vitesse de 49 kilomètres par seconde. Starchip ne mettrait "que" vingt ans pour atteindre Alpha du Centaure, le groupe d’étoiles le plus proche de la Terre et situé, excusez du peu, à 40 mille milliards de kilomètres.

Yuri Milner dont la fortune est estimée à 2,9 milliards de dollars a annoncé qu’il va débourser 100 millions de dollars - de sa propre poche - à ce projet baptisé « Breakthrough Starshot ». Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, fait partie du conseil d’administration qui aura besoin des compétences scientifiques de Stephen Hawking pour aider à faire ce « grand bond dans l’espace». Le célèbre astrophysicien cloué sur son fauteuil roulant est déjà partant car selon lui "ce qui fait que nous sommes uniques - en tant qu’êtres humains - est que nous dépassons nos limites. La gravité nous cloue au sol mais il juste d'atterir en Amérique".

Un aller-retour en cinquante ans

Comment faire ce grand saut vers les étoiles ? Dans les années 1960, le président américain John Fitzgerald Kennedy voulait conquérir la Lune. Maintenant des vols touristiques sont organisés vers la Lune à prix d’or. Ces sondes à grande vitesse pourraient permettre d’explorer le système solaire, chercher des traces de vie et pourquoi pas retrouver des extra-terrestres ?

Pour les trouver peut être même que nous n’aurons pas besoin d’aller si loin d’après le chercheur américain Freeman Dyson qui affirme que "l’espace entre Nous et Alpha du Centaure n’est pas vide. Ce n’est pas un énorme trou noir à traverser pour atteindre quelque chose d’intéressant de l’autre côté. Bien au contraire il y a entre les deux, des milliers d’objets dans l’espace."
Des astéroïdes, d’autres petites planètes sur le chemin font que ce voyage pourrait prendre au moins 20 ans et au moins 4 ans pour retransmettre les informations sur terre.

Une équipe travaille sur ce projet depuis déjà un an. Les premiers résultats de recherche indiquent que la projection au rayon laser nécessiterait environ cent gigawatts, soit à peu près l’énergie requise pour faire décoller une navette spatiale d’après l’astronome Avi Loeb, professeur à l’Université de Harvard et membre du projet. Pour le professeur Loeb "l’objectif est que tout le monde soit impliqué particulièrement les jeunes qui seront encore vivants"

Le rendez-vous est donc dans 50 ans. Et à quoi pourront ressembler les extra-terrestres que la mission pourrait rencontrer ? Stephen Hawing, avec son humour habituel répond « à en juger la campagne électorale américaine, ils ne seront certainement pas comme nous ».

XS
SM
MD
LG