Liens d'accessibilité

Violences xénophobes en Afrique du Sud: des magasins ferment


Pillage d'un magasin en Afrique du Sud (REUTERS/Siphiwe Sibeko)

Pillage d'un magasin en Afrique du Sud (REUTERS/Siphiwe Sibeko)

Pour l'heure, les violences n'ont pas gagné Johannesburg, où des attaques similaires avaient fait plus d'une soixantaine de morts en 2008.

JOHANNESBURG, 15 avril (Reuters) - Nombre de magasins tenus par des immigrés sont restés fermés mercredi dans le centre de Johannesburg par crainte de voir s'étendre une vague de violences xénophobes qui a fait quatre morts près de Durban, a annoncé la police sud-africaine.

Le gouvernement sud-africain a ouvert près de la ville portuaire située sur la côte de l'océan Indien plusieurs camps d'accueil pour les étrangers dont les magasins ont été pillés et brûlés ces deux dernières semaines.

Pour l'heure, les violences n'ont pas gagné Johannesburg, où des attaques similaires avaient fait plus d'une soixantaine de morts en 2008. Mais de nombreux immigrés ont préféré fermer boutique, notamment après avoir reçu un SMS les prévenant que "les Zoulous arrivent en ville (...) pour tuer tout étranger se trouvant sur leur route".

Pays d'environ 50 millions d'habitants, l'Afrique du Sud hébergerait quelque cinq millions d'immigrés originaires pour la plupart d'Afrique sub-saharienne et du sous-continent indien. Le taux de chômage s'élève à 25% et approche même 40% chez les plus jeunes. Les migrants sont souvent accusés de tous les maux par la population comme par certains responsables politiques, qui leur reprochent pêle-mêle de résider illégalement dans le pays, de faire des affaires au détriment des commerçants locaux ou encore de commettre des crimes.

XS
SM
MD
LG