Liens d'accessibilité

Semaine cruciale pour le projet de référendum anti-Maduro


Le Président vénézuélien Nicolas Maduro et son epouse Cilia Flores, le dimanche 1er mai 2016, le jour de la fête du travail, à Caracas, la capitale du Venezuela. (AP Photo/Ariana Cubillos)

Le Président vénézuélien Nicolas Maduro et son epouse Cilia Flores, le dimanche 1er mai 2016, le jour de la fête du travail, à Caracas, la capitale du Venezuela. (AP Photo/Ariana Cubillos)

L'opposition au Venezuela entame une semaine décisive, espérant faire valider par les autorités les 2,5 millions de signatures recueillies en faveur d'un référendum pour révoquer le président socialiste Nicolas Maduro, cible d'une exaspération populaire croissante.

La coalition de la Table pour l'unité démocratique (MUD), majoritaire au Parlement, remettra mardi au Conseil national électoral (CNE) les signatures, a annoncé son porte-parole, Jesus Torrealba.

Celles-ci ont été obtenues en à peine deux jours la semaine dernière, les habitants s'étant déplacés en masse aux différents points de collecte installés dans le pays.

Un tel succès en quelques heures "est probablement un record mondial", s'est félicité l'un des chefs de l'opposition, Henrique Capriles, dans une intervention filmée et diffusée via Twitter.

"C'est en outre une démonstration de poids que nous les Vénézuéliens choisissons la voie constitutionnelle, démocratique, pacifique. Nous voulons décider avec notre voix, notre vote, l'avenir de notre pays", a ajouté le candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2013.

Le CNE, réputé proche du gouvernement, vérifiera si le minimum de voix requis (195.721, 1% de l'électorat) a été atteint, appellera les signataires à confirmer en personne leur choix, avant de procéder à une ultime verification.

L'ensemble du processus pourrait prendre un mois, voire plus si le CNE tente de le retarder, puis l'opposition devra franchir une deuxième étape en réunissant quatre millions de voix en trois jours pour convoquer le référendum, qu'elle espère organiser dès fin novembre.

Le référendum révocatoire n'a été utilisé qu'une seule fois dans l'histoire du pays, contre l'ex-président Hugo Chavez (1999-2013) en 2004: il s'était soldé par un échec.

Cette fois, il pourrait bénéficier du climat de grogne sociale croissante, illustrée par les émeutes et pillages de ces derniers jours à Maracaibo (nord-ouest), deuxième ville du pays.

"Le pays veut sortir de ce gouvernement", a affirmé Jesus Torrealba.

Car 68% des Vénézuéliens, excédés par les pénuries et une inflation à trois chiffres, souhaitent un départ du président le plus vite possible et une nouvelle élection, selon un sondage de Venebarometro publié jeudi.

- Quotidien chamboulé -

Mais l'héritier politique d'Hugo Chavez garde un pouvoir important, contrôlant le gouvernement et la plupart des institutions.

Il a exhorté ses partisans à se "déclarer en rébellion et décréter une grève générale indéfinie" en cas de succès du référendum, se plaignant d'être "l'être humain le plus attaqué au Venezuela".

Alors qu'une crise économique et énergétique frappe de plein fouet le pays sud-américain, ses 30,7 millions d'habitants ont vu ces dernières semaines leur quotidien chamboulé, devant se plier à une batterie de mesures, parfois spectaculaires, imposées par l'exécutif.

Le 25 avril, des coupures de courant d'au moins quatre heures par jour sont entrées en vigueur dans une grande partie du territoire.

Le 26, le président Maduro a décrété que les fonctionnaires ne travailleraient plus que les lundi et mardi.

Le 1er mai, enfin, le pays a avancé ses aiguilles de 30 minutes, passant au fuseau horaire -04H00 GMT pour profiter plus longtemps de la lumière du jour.

L'objectif de ces mesures? Economiser l'électricité, qui fait cruellement défaut alors que le phénomène climatique El Niño a engendré la pire sécheresse en 40 ans selon le gouvernement.

Le Venezuela n'a plus les ressources nécessaires pour importer de l'énergie: son économie, fondée presque uniquement sur ses abondantes ressources pétrolières, s'est effondrée quand les cours du brut ont chute.

Les coupures sont "un sacrifice nécessaire", a plaidé dimanche le président Maduro lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai, tentant de redorer un peu sa popularité en augmentant de 30% le salaire minimum.

Mais la situation économique du pays "n'est pas tenable à moyen terme", a prévenu récemment Alejandro Werner, chef du département Amérique latine du Front monétaire international (FMI).

"Clairement, il s'agit d'une situation où les effets sur la qualité de vie, sur la santé de la population commencent à être très importants", a-t-il souligné.

Après une inflation de 180,9% en 2015, la plus élevée du monde, le FMI table sur 700% cette année, tandis que le PIB devrait chuter de 8% selon la Banque centrale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG