Liens d'accessibilité

Vainqueur aux législatives, Netanyahu déjà sous pression américaine


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, salue de la main ses partisans au siège du parti à Tel Aviv, mercredi 18 mars 2015.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, salue de la main ses partisans au siège du parti à Tel Aviv, mercredi 18 mars 2015.

Benjamin Netanyahu a obtenu une éclatante victoire aux élections législatives en Israël, mais était d'emblée mercredi sous pression des Etats-Unis pour renoncer à ses promesses de campagne radicales sur le conflit avec les Palestiniens.

Les Européens ont, de leur côté, appelé à une relance du processus de paix israélo-palestinien au point mort depuis près d'un an, alors que M. Netanyahu vient d'enterrer l'idée d'un Etat palestinien tant qu'il serait chef de gouvernement.

Au pouvoir depuis 2009 mais donné battu par les sondages, M. Netanyahu a fourni une nouvelle démonstration de sa capacité à affronter les vents contraires en sortant grand vainqueur des élections de mardi annoncées comme un référendum pour ou contre lui.

A 65 ans, l'homme fort de la droite est assuré, sauf surprise majeure, d'être appelé par le président Reuven Rivlin à assumer son troisième mandat consécutif, son quatrième en comptant celui de 1996-1999.

Avec lui, la direction palestinienne, les Etats-Unis et la communauté internationale vont donc se retrouver a priori avec un futur chef de gouvernement qu'ils connaissent bien et avec lequel les relations se sont dégradées.

La campagne n'a pas contribué à les améliorer. Face aux sondages défavorables, et pour rallier les déçus et les indécis, M. Netanyahu a fait monter les enchères lundi en déclarant que les Palestiniens n'auraient pas l'Etat auxquels ils aspirent avec lui au gouvernement.

- 'Solution à deux Etats' -

Un autre temps fort de la campagne de M. Netanyahu a été l'exceptionnel acte de défi qu'a représenté le 3 mars son discours au Congrès américain. A l'invitation des adversaires républicains de M. Obama, il est allé y dire tout le mal qu'il pensait de l'accord nucléaire en négociation avec l'Iran.

Le secrétaire d'Etat John Kerry a appelé M. Netanyahu pour le féliciter et M. Obama le fera dans les prochains jours, selon le porte-parole de l'exécutif américain. Néanmoins le président américain M. Obama "continue de penser qu'une solution à deux Etats est la meilleure façon de répondre aux tensions".

Le Premier ministre britannique David Cameron a lui aussi souhaité "voir une solution à deux Etats". Et la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini a appelé M. Netanyahu à un "leadership audacieux" pour relancer les efforts de paix.

La Maison Blanche a en outre fait part de son inquiétude face à des discours "qui divisent", en référence à des propos de M. Netanyahu sur le vote des Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948, dont la liste a pour la première fois de son histoire terminé troisième avec 14 sièges selon les transpositions des médias.

Les Palestiniens, eux, n'avaient aucune illusion quant au scrutin israélien mais le triomphe de M. Netanyahu ne fait que les conforter dans leur détermination à intensifier les efforts contre Israël sur la scène diplomatique et à la Cour pénale internationale devant laquelle ils comptent poursuivre les dirigeants israéliens pour crimes de guerre.

En même temps, la présidence palestinienne a dit qu'elle était prête à coopérer avec "tout gouvernement israélien" acceptant un Etat palestinien aux côtés d'Israël.

VOA/AFP

XS
SM
MD
LG