Liens d'accessibilité

La publication d’une liste d’illégaux dans l’Utah exacerbe la controverse autour de l’immigration illégale


L'Utah chercherait à se doter d'une loi sur l'immigration similaire à celle de l'Arizona.

L'Utah chercherait à se doter d'une loi sur l'immigration similaire à celle de l'Arizona.

La missive a suscité un vif débat. Du côté des dirigeants de la communauté hispanique, et des défenseurs des droits des immigrants, c’est un tollé. Mais un sondage réalisé dans l’Utah montrerait que la majorité des habitants de l’État estiment que les fonctionnaires impliqués ne devraient pas être sanctionnés.

La liste comprenant les noms et les informations personnelles de quelques 1.300 immigrants illégaux a été envoyée par la poste, anonymement, à plusieurs médias et à des agences chargées de l'application de la loi. La missive exigeait que les personnes figurant sur la liste soient déportées immédiatement.

Une enquête ordonnée par le gouverneur Gary Herbert a rapidement révélée que la liste a été expédiée par un groupe s’intitulant « Concerned Citizens of the United States », en français les « Citoyens préoccupés des États-Unis », et qu’elle avait été dressée par au moins deux employés du Utah Departement of Workforce Services, le département de l’Emploi de cet état de l’ouest des États-Unis. Ces deux employés ont été suspendus de leurs fonctions, dans l’attente d’autres mesures, et l’enquête se poursuit pour déterminer s’ils ont agi seuls ou avec la complicité d’autres personnes au sein de leur agence.

Il leur aurait fallu plusieurs mois pour préparer leur liste, a fait valoir M. Herbert, évoquant les efforts patients et délibérés des employés. La liste contenait non seulement les noms des illégaux mais leurs adresses, leurs numéros de téléphone, leurs numéros de sécurité sociale et des données sur leur état de santé.

La missive a suscité un vif débat. Du côté des dirigeants de la communauté hispanique, et des défenseurs des droits des immigrants, qui évoquent une tentative pour terroriser la communauté latino-américaine de l'Utah, c’est un tollé. « Le débat sur l’immigration a atteint un nouveau stade. Maintenant, on dit : On va vous pourchasser. On sait ou vous vivez » a déclaré Tony Yapias, de l’ONG Utah Latinos, sur la chaîne ABC News. « On ne peut pas faire ça aux gens » dit-elle, en ajoutant que certains des personnes figurant sur la liste sont en fait des résidents légaux.

C’est également bien l’avis du gouverneur Herbert, qui a intimé l’ordre au ministre de la Justice de l’Etat, Mark Shurtleff, de voir comment l’initiative des deux fonctionnaires pourrait être sanctionnée.

Mais selon le journal Examiner de Salt Lake City, un sondage réalisé dans l’Utah montrerait que la majorité des habitants de l’État estiment que les fonctionnaires ne devraient pas, justement, être punis. Il faut dire que la législature de l’Utah examine actuellement un projet de loi similaire à celui adopté par l’Arizona, qui accorde à la police des pouvoirs accrus pour questionner des suspects pour déterminer s’ils sont dans le pays illégalement.

Le quotidien Washington Post rapportait récemment que mis à part l’Utah, les États d’Oklahoma et de la Caroline du Sud pourraient adopter des lois similaires à celle votée en Arizona pour lutter contre l’immigration clandestine. Et vendredi, le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, a ordonné le déploiement de 224 gardes nationaux californiens à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Les controverses suscitées par la publication de la liste dans l’Utah, et la mise en application de la loi adoptée par l’Arizona maintiennent le débat sur l’immigration au cœur de l’actualité.

XS
SM
MD
LG