Liens d'accessibilité

USA : suspension du président de la Cour suprême d'Alabama, opposé au mariage gay


Le président de la Cour suprême d'Alabama Roy Moore pose devant le drapeau américain à Montgomery, 17 février 2015. (AP Photo / Brynn Anderson, File)

Le président de la Cour suprême d'Alabama Roy Moore pose devant le drapeau américain à Montgomery, 17 février 2015. (AP Photo / Brynn Anderson, File)

Le président de la Cour suprême de l'Alabama a été suspendu vendredi après la plainte d'un organisme de supervision judiciaire concernant ses efforts pour empêcher les mariages entre personnes de même sexe dans cet Etat du sud, ont rapporté des médias

Roy Moore, 69 ans, pourrait devoir comparaître lors d'une audience devant un panel constitué notamment de juges et d'avocats. Il risque la destitution.

Selon les médias, la plainte de la Commission d'enquête judiciaire estime que le juge Moore a "fait preuve d'un mépris flagrant et abusé de son autorité" en essayant de bloquer les mariages homosexuels.

Le juge a rétorqué que la Commission n'avait aucune autorité en la matière, a affirmé qu'il allait combattre ces accusations et qu'il s'"attendait à l'emporter".

Il a accusé l'entité de supervision d'écouter des "gens comme (la militante transgenre locale) Ambrosia Starling, qui se présente comme un travesti, et d'autres personnes homosexuelles et bisexuelles, ainsi que des organisations qui soutiennent leur cause".

Le juge a essayé à maintes reprises d'empêcher le mariage gay en Alabama, même après le feu vert historique donné au niveau national par la Cour suprême des Etats-Unis en juin 2015.

En janvier, il avait ordonné aux juges des affaires familiales de cet Etat de ne pas délivrer de certificat de mariage aux personnes homosexuelles. Puis il les avait enjoints au printemps d'ignorer une décision fédérale invalidant l'interdiction de ces unions en Alabama.

M. Moore "est un tel fanatique religieux, un tel égocentrique qu'il pense qu'il n'a pas besoin de se plier aux décisions d'un tribunal fédéral avec lesquelles il n'est pas d'accord", a déclaré Richard Cohen, président du Southern Poverty Law Center, à l'origine d'une plainte auprès des instances éthiques qui a conduit à la suspension du juge.

Les médias locaux ont précisé que la plupart des juges aux affaires familiales avaient ignoré les directives du plus haut juge de l'Alabama, connu pour ses coups d'éclat contre l'autorité fédérale.

Ce chrétien ultra-conservateur avait notamment été démis de ses fonctions de président de la Cour suprême d'Alabama en novembre 2003 pour avoir refusé de se plier à un jugement lui ordonnant de déplacer une stèle monumentale des Dix commandements placée devant l'entrée de l'institution judiciaire.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG