Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Clinton et Trump se taillent la part du lion lors du "Super mardi"


Hillary Clinton lors de son discours de victoire, mardi 1er mars, en Floride. (REUTERS/Javier Galeano)

Hillary Clinton lors de son discours de victoire, mardi 1er mars, en Floride. (REUTERS/Javier Galeano)

Dans un discours depuis la Floride, mardi soir, "The Donald" s'est posé en "rassembleur" d'un parti républicain miné par les divisions. Hillary Clinton, elle, pense déjà à l'élection de novembre.

La route vers l'investiture pour la présidentielle leur est désormais grande ouverte : Donald Trump et Hillary Clinton ont largement dominé leurs rivaux lors des primaires américaines du "Super mardi" le 1er mars.

"Ce fut une soirée fantastique" : depuis Palm Beach, en Floride, l'exubérant milliardaire de 69 ans s'est présenté comme le seul capable de rassembler le parti républicain et de l'emporter face à la candidate démocrate le 8 novembre.

"J'ai des millions et des millions de personnes (derrière moi), le match n'est même pas serré", a-t-il insisté, dans un discours au ton plus consensuel qu'à l'habitude où il a tendu la main à certains de ses rivaux.

Pourra-t-on arêter Donald Trump pendant ces primaires ? "C’est difficile mais pas impossible", explique à VOA Afrique le James Ceaser, professeur à l'Université de Virginie.

"Mais qui va le battre ? C’est ça le problème", dit-il. Peut-être Ted Cruz ? "Même s’il a gagné au Texas, c’est l’avenir (qui compte). Où est-ce qu’il peut gagner à l’avenir ?", se demande le professeur James Ceaser.

Le "Grand Old Party", qui espère retrouver la Maison Blanche en janvier 2017 après deux mandats du démocrate Barack Obama, est cependant divisé sur la candidature du magnat de l'immobilier, dont les provocations et le style abrasif dérangent et inquiètent.

Géorgie, Massachusetts, Tennessee, Alabama, Virginie, Arkansas, Vermont : après une impressionnante série de victoires, l'homme d'affaires, qui a brisé un à un les codes de la politique américaine, a donné rendez-vous aux électeurs de Floride où aura lieu la prochaine primaire, le 15 mars.

La défaite du jeune sénateur Marco Rubio en Virginie, où il nourrissait de réels espoirs, sonne comme un revers pour celui qui espère encore rallier sur sa candidature tous les "anti-Trump". Sa victoire dans le Minnesota - sa toute première des primaires - lui apporte cependant une bouffée d'air.

"Diviser l'Amérique"

Comme attendu, Hillary Clinton l'a elle emporté haut la main dans les Etats du Sud où les minorités lui confèrent un grand avantage: Géorgie, Alabama, Tennessee, Virginie, Arkansas, Texas.

Dans un discours prononcé depuis Miami, l'ancienne secrétaire d'Etat, 68 ans, qui a également remporté le Massachusetts et l'archipel américain des Samoa, s'est déjà projetée vers le scrutin de novembre, réservant ses piques aux républicains.

Donald Trump

Donald Trump

"Le niveau du discours dans l'autre camp n'a jamais été aussi bas", a-t-elle jugé, dénonçant, dans une allusion aux propositions de Trump sur les Mexicains ou les musulmans, la stratégie consistant à "diviser l'Amérique".

Pour Bachir Diagne de Columbia University, il n’y a pas eu de surprise : "Il était prévu qu’Hillary Clinton gagne gros dans ce Super Tuesday et elle a gagné gros. Il était prévu également que Trump gagne et Trump a gagné."

Seul rival de l'ancienne Première dame dans le camp démocrate, le sénateur Bernie Sanders l'a emporté dans son fief du Vermont, frontalier du Québec, ainsi que dans l'Oklahoma, le Colorado et le Minnesota.

Comme en Caroline du Sud samedi, Hillary Clinton a remporté la quasi-totalité du vote noir en Virginie : 82 %, selon les sondages de sorties d'urnes. Deux tiers des électrices démocrates ont également voté pour elle.

Mais la base de Bernie Sanders parmi les jeunes démocrates ne s'érode pas: 71 % des 17-29 ans ont voté pour lui dans cet Etat. Et sa campagne a encore les moyens financiers de poursuivre le combat pendant plusieurs mois.

Visiblement épuisé, le sénateur de 74 ans, a tenté de faire bonne figure, rappelant que la course était encore en longue : "35 Etats doivent encore voter", a-t-il lancé lors d'un discours où la flamme qui a marqué sa campagne jusqu'ici semblait éteinte.

Les Républicains divisés

Le sénateur ultra-conservateur du Texas, Ted Cruz, l'a emporté dans son fief ainsi que dans l'Oklahoma et l'Alaska sauvant la mise et sans doute sa campagne.

Preuve des tensions qui traversent le camp républicain, Donald Trump est la cible d'attaques tous azimuts auxquelles il répond, pour le plus grand plaisir des larges foules qui viennent l'applaudir, du tac au tac.

En trois jours, il s'est vu reprocher d'avoir refusé de condamner le Ku Klux Klan, d'avoir retweeté une citation de Benito Mussolini, de forcer sur le faux bronzage ou encore d'être lié à la mafia du bâtiment.

Certains conservateurs affirment désormais publiquement qu'ils ne voteront pas Donald Trump à la présidentielle.

Le rival républicain malheureux de Barack Obama en 2008, John McCain, a jugé "inquiétant" le niveau du débat dans son camp, appelant de ses voeux une campagne présidentielle "qui ne se concentre pas sur la taille des oreilles des gens" ou "leurs problèmes de sudation".

Reflétant la perplexité de nombre de dirigeants occidentaux face à la montée en puissance de Donald Trump, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, en visite à Washington, s'est invité dans le débat politique américain.

"Construire des murs est une très mauvaise idée, peu importe qui les finance", a-t-il lancé, dénonçant "les politiques de la peur (...) dangereuses pour l'Europe comme pour les Etats-Unis".

Selon un sondage CNN publié mardi, Hillary Clinton et Bernie Sanders l'emporteraient l'un comme l'autre en cas de duel face au milliardaire.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG