Liens d'accessibilité

Les républicains dévoilent leur réforme du programme d'exemption de visas


La majorité républicaine de la Chambre des représentants des Etats-Unis a confirmé le vote prochain d'une réforme modeste du programme d'exemption de visas dont profitent 38 pays riches, en réaction aux attentats de Paris.

Après avoir cherché à restreindre l'accès des réfugiés syriens et irakiens au territoire américain, les républicains entendent renforcer le programme qui permet à des millions de voyageurs, surtout européens, de se rendre sans visa aux Etats-Unis pour des séjours courts, avec comme seule formalité le remplissage d'un formulaire en ligne.

Une proposition de loi, signée de la républicaine Candice Miller, devrait être adoptée la semaine prochaine par la Chambre, a précisé jeudi son président, Paul Ryan.

La réforme ne va pas aussi loin que ce qu'ont proposé des sénateurs cette semaine, et devrait être soutenue par le secteur touristique et la Maison Blanche, selon Kevin McCarthy, chef de la majorité républicaine.

Les ressortissants des 38 pays privilégiés qui se sont rendus dans les cinq années précédentes en Irak, Syrie, Soudan, Iran ou d'autres pays considérés par l'exécutif comme risqués ne pourront plus utiliser ce privilège et devront demander un visa, une procédure plus longue qui requiert un rendez-vous dans un consulat américain.

Cette mesure vise les milliers de jihadistes porteurs de passeports européens, mais pourraient concerner beaucoup d'autres citoyens européens qui ont visité les pays énumérés.

Les 38 pays partenaires partagent déjà quantité de données avec les autorités américaines sur leurs passagers et suspects d'activités terroristes, mais la loi accroîtrait le pouvoir de l'administration pour sanctionner ceux qui ne partageraient pas assez de renseignements.

Et elle forcerait les pays à alimenter sous 24 heures la base de données d'Interpol, l'organisme de coopération internationale en matière de police, sur les passeports perdus ou volés.

Le texte rendrait aussi obligatoires les passeports électroniques, qui contiennent dans une puce les informations biographiques du détenteur, ainsi qu'une photographie numérisée et éventuellement des empreintes digitales.

Dans les faits toutefois, la quasi-totalité des voyageurs ont déjà de tels passeports. Tous les passeports de l'Union européenne délivrés depuis 2009 sont biométriques.

L'administration Obama a annoncé lundi des mesures dans le même esprit, qui ne remettent pas en cause le fondement du programme, considéré depuis les années 1980 comme très bénéfique pour attirer des touristes aux Etats-Unis.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG