Liens d'accessibilité

USA : le parti démocrate piraté par des hackers russes


La candidate démocrate à la présidentielle américaine Hillary Clinton lors d’un meeting de campagne à Cleveland, Ohio, 13 juin 2016. REUTERS / Aaron Josefczyk - RTX2G0ZH

La candidate démocrate à la présidentielle américaine Hillary Clinton lors d’un meeting de campagne à Cleveland, Ohio, 13 juin 2016. REUTERS / Aaron Josefczyk - RTX2G0ZH

Parmi les données volées figurent de volumineux dossiers de recherches sur le passé de Donald Trump, selon le Washington Post qui a révélé l'affaire mardi. Ces enquêtes fouillées sont menées par des collaborateurs du parti qui épluchent chaque recoin de la vie du candidat, dans le but de trouver des vulnérabilités politiques. Tous les partis mènent ce genre de recherches.

Des pirates informatiques liés au gouvernement russe ont pénétré pendant près d'un an dans les ordinateurs du parti démocrate à Washington, ont annoncé mardi le parti et la société de sécurité informatique qui a nettoyé le réseau le week-end dernier.

Des informaticiens du comité démocrate national (DNC) --les instances nationales du parti-- ont donné l'alerte à la fin du mois d'avril, selon le quotidien. Le DNC a ensuite demandé à la société CrowdStrike d'intervenir pour identifier l'ampleur de l'intrusion et sécuriser le réseau.

Selon Dmitri Alperovitch, cofondateur de CrowdStrike, deux groupes russes distincts et bien connus se trouvaient à l'intérieur du réseau, baptisés Cozy Bear, dont l'intrusion remonte à l'été 2015, et Fancy Bear, depuis avril 2016.

Cozy Bear a pu intercepter toutes les communications du parti. C'est le même groupe qui avait réussi à pénétrer dans les systèmes de messagerie non classifiés du département d'Etat et de la Maison Blanche en 2014. Fancy Bear a ciblé et volé les dossiers relatifs à Donald Trump.

"Les deux intrus exécutent des missions d'espionnage politique et économique au profit du gouvernement de la Fédération de Russie et sont liés de près aux puissants services de renseignement russes", écrit ce responsable sur le site de l'entreprise.

Le nettoyage du réseau s'est déroulé le week-end dernier, selon le Washington Post.

"Quand nous avons découvert l'intrusion, nous l'avons traitée avec la gravité requise pour ce genre d'incident et avons contacté Crowdstrike immédiatement. Nos équipes ont agi aussi vite que possible pour expulser les intrus et sécuriser notre réseau", a déclaré Debbie Wasserman Schultz, la présidente du parti démocrate.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG