Liens d'accessibilité

USA: lancement d'une vaste étude sur le Zika et les femmes enceintes


Le virus Zika se propage principalement par des piqûres de moustiques infectés mais peut aussi se transmettre sexuellement et de la mère à l'enfant qu'elle porte.

Le virus Zika se propage principalement par des piqûres de moustiques infectés mais peut aussi se transmettre sexuellement et de la mère à l'enfant qu'elle porte.

Les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) ont annoncé mardi le lancement d'une vaste étude sur le Zika et les femmes enceintes dans des zones affectées par ce virus, surtout en Amérique latine.

Cette étude sur les effets du Zika sur les enfants et les femmes enceintes a déjà débuté à Porto Rico et va être étendue au Brésil, en Colombie et à d'autres pays où la transmission du virus est active. Au total, environ 10.000 femmes enceintes âgées d'au moins quinze ans doivent être recrutées.

Elle vise à déterminer l'ampleur des risques pour la santé que pose le Zika pour des femmes enceintes, le foetus qu'elles portent et leurs enfants.

Le virus Zika se propage principalement par des piqûres de moustiques infectés mais peut aussi se transmettre sexuellement et de la mère à l'enfant qu'elle porte.

Des infections par le Zika ont été constatées dans 60 pays et territoires.

Le virus est lié à une flambée de cas de microcéphalie, un défaut de naissance normalement rare, qui se manifeste par un crâne et un cerveau anormalement petits et par de possibles dommages neurologiques.

Outre la microcéphalie, d'autres problèmes on été détectés dans ces grossesses et chez des foetus et enfants infectés par le virus Zika avant la naissance, dont des enfants morts-nés, des fausses couches, des bébés nés avec des structures cérébrales peu développées ou des défauts oculaires et des problèmes d'audition.

Les participantes à cette étude seront dans leur premier trimestre de grossesse et seront suivies jusqu'à leur accouchement. Les chercheurs suivront également leurs enfants pendant au moins un an après leur naissance.

"On a pas encore déterminé toute l'ampleur des effets du virus Zika sur la grossesse", a souligné le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

"Cette étude étendue devrait fournir de nouvelles données importantes qui aideront à guider les réponses médicales et de santé publique à l'épidémie du Zika", ajoute-t-il.

Les chercheurs prévoient de comparer des groupes de mères et leurs enfants, infectés par le Zika à d'autres qui ne le sont pas pour déterminer la fréquence des fausses couches, des naissances prématurées, de microcéphalie, de malformation du système nerveux et d'autres complications.

Ils essaieront également de comparer le risque de complication pendant la grossesse parmi les femmes qui ont eu des symptômes de l'infection par le virus Zika et celles qui n'en ont pas eu.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG