Liens d'accessibilité

Recul de 4,9% du chômage en octobre à quelques jours des élections américaines


Demandeurs d'emploi au Salon de recrutement à New York le 2 novembre 2016.

Demandeurs d'emploi au Salon de recrutement à New York le 2 novembre 2016.

Le taux de chômage a reculé en octobre aux Etats-Unis grâce à des créations d'emplois soutenues même si elles sont un peu en deçà des prévisions des analystes, selon les données du département du Travail publiées vendredi.

Comme attendu par les marchés qui guettaient cet indicateur important juste avant l'élection présidentielle, le taux de chômage a reculé d'un dixième de point à 4,9%.

La première économie mondiale a créé 161.000 emplois le mois dernier en données corrigées des variations saisonnières dans le secteur non agricole, contre 191.000 en septembre (chiffre révisé en hausse).

Les analystes tablaient sur 175.000 nouvelles embauches et s'attendaient à ce que le taux de chômage retrouve ce niveau déjà atteint en août.

La participation à l'emploi, qui compte ceux qui ont un travail ou en cherchent un activement, a un peu reculé à 62,8% représentant quelque 195.000 personnes de moins sur le marché du travail, ce qui a aidé à faire glisser le taux de chômage.

Les révisions pour août et septembre ont ajouté 44.000 créations d'emplois supplémentaires, ce qui porte le niveau des nouvelles embauches à 176.000 chaque mois en moyenne depuis trois mois, largement suffisant pour continuer à faire baisser le taux de chômage.

Ces bons chiffres, s'ils sont confirmés par le rapport sur l'emploi de novembre, augmentent les chances d'une hausse des taux d'intérêt à la mi-décembre par la Réserve fédérale (Fed).

Les secteurs les plus dynamiques en terme d'embauche ont été les services de santé (+31.000), les services aux entreprises (+43.000), les services financiers (+14.000).

Du côté manufacturier, les créations d'emplois sont toujours dans le rouge (-9.000), de même que le secteur minier (-2.000). Le gouvernement a accéléré les embauches par rapport à septembre, engageant 19.000 personnes.

Scruté de près par la Fed qui surveille l'inflation, le salaire horaire a grimpé de 10 cents à 25,92 dollars, soit une augmentation de 2,8% sur l'année, comme s'y attendaient les analystes.

Le nombre de chômeurs reste autour de 7,8 millions et ceux qui ne trouvent qu'un travail à temps partiel demeurent nombreux à 5,9 millions.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG