Liens d'accessibilité

Couvre-feu pour les moins de 18 ans à Milwaukee après deux nuits de violence


La police a répondu à un feu à une station d'essence où une douzaine de personnes manifestaient à Milwaukee, États-Unis, le 13 août 2016.

La police a répondu à un feu à une station d'essence où une douzaine de personnes manifestaient à Milwaukee, États-Unis, le 13 août 2016.

Un couvre-feu nocturne pour les moins de 18 ans a été décidé lundi dans la ville de Milwaukee (Wisconsin, nord), après une deuxième nuit de violences à la suite de la mort d'un jeune homme noir armé tué samedi par la police.

Samedi soir puis de nouveau dimanche, les forces de l'ordre de cette ville du Midwest ont été confrontées à des habitants du quartier de Sherman Park, protestant contre la mort de Sylville Smith et contre la violence policière dont sont victimes les Noirs.

Selon la police, le jeune de 23 ans était en possession d'une arme à feu.

Au cours des incidents qui ont agité le week-end, des véhicules et des commerces ont été incendiés, et les policiers ont été visés par des tirs et des jets de pierres et de bouteilles.

Quatorze personnes ont été arrêtées dimanche et trois véhicules de police ont été endommagés, selon les autorités locales.

"Il y avait des groupes de jeunes gens en particulier, qui circulaient dans les rues", a indiqué Tom Barrett, le maire de la ville, lors d'une conférence de presse lundi.

"Ces gens, selon moi, essayaient de manière délibérée de nuire à un quartier fantastique, dans une ville fantastique", a-t-il poursuivi.

- 'Que paix et tranquillité reviennent' -

Le couvre-feu pour les moins de 18 ans doit commencer lundi à 22h00 heure locale (03H00 GMT), a précisé le maire. "Nous allons nous assurer que paix et tranquillité reviennent dans ce quartier".

Tout a commencé samedi après-midi lorsque deux policiers ont arrêté deux suspects en voiture qui se sont ensuite enfuis à pied. "Lors de cette course poursuite, l'un des policiers a tiré sur un suspect armé d'un pistolet semi-automatique" qui est mort sur place, selon la police de Milwaukee.

Sylville Smith avait un casier judiciaire fourni et l'arme dont il disposait avait été volée lors d'un cambriolage en mars, avait précisé la police.

Les images filmées par la caméra individuelle du policier, non encore rendues publiques, "montrent sans aucune hésitation qu'il avait une arme en main, les gens doivent savoir cela", avait souligné plus tôt le maire.

Selon les autorités, le jeune homme venait de faire demi-tour pour faire face à son poursuivant lorsque celui-ci l'a abattu.

L'agent de police à l'origine du tir mortel, lui-même noir, a été placé en congé administratif, comme il est d'usage dans ce type d'affaire, et il loge chez des proches en dehors de la ville par crainte pour sa sécurité, selon Edwards Flynn, le chef de la police.

Les événements ont ensuite dégénéré dans la soirée de samedi quand la police a tenté de disperser au moins 200 manifestants exaspérés, certains jetant des pierres et des briques. Une adolescente de 16 ans a été blessée et hospitalisée, mais ses jours ne sont pas en danger.

Le quartier de Sherman a connu une seconde nuit d'agitations entre dimanche et lundi au cours de laquelle sept policiers ont été blessés et 11 personnes arrêtées.

- Garde nationale réquisitionnée -

Les policiers, en tenue antiémeute, ont été visés par des pierres et des coups de feu. Selon le chef de la police, une trentaine de coups de feu ont été entendus dans la nuit mais, par souci d'apaisement, les forces de l'ordre n'ont, elles, pas ouvert le feu.

Un agent a essuyé le tir d'un "projectile" non identifié, mais s'en est tiré sans trop de dommages grâce à son casque, a précisé la police.

Malgré ces incidents, le chef de la police a considéré que ses hommes avaient davantage maîtrisé la situation que la nuit précédente.

Quatre policiers avaient été conduits à l'hôpital et 17 personnes arrêtées au cours de cette première nuit de violences.

Au moins six commerces avaient été incendiés, dont une station-service, selon la police. Parmi ces commerces figuraient également une banque, une boutique de produits de beauté et un magasin de pièces automobiles, selon le journal local, le Milwaukee Journal Sentinel.

Des policiers ont été pris pour cibles dans plusieurs endroits des Etats-Unis ces dernières semaines --notamment à Dallas (Texas) et Baton Rouge (Louisiane) où plusieurs ont été abattus par des tireurs-- dans un contexte de tensions raciales ravivées après la mort de plusieurs Noirs victimes de violences policières.

"Nous n'avions plus été défiés de cette manière depuis des années", a dit Tom Barrett.

Environ 125 membres de la garde nationale avaient été réquisitionnés et étaient prêts à intervenir, mais ils n'ont finalement pas été mis à contribution.

Appelant à l'apaisement, le gouverneur Scott Walker avait rappelé dimanche que le Wisconsin "possède une loi requérant une enquête indépendante à chaque fois qu'il y a des tirs mortels effectués par un officier des forces de l'ordre".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG