Liens d'accessibilité

Thaïlande : les Etats-Unis condamnent la violence et appellent à la retenue


Les Etats-Unis veulent que les deux parties résolvent leurs différences à travers les institutions démocratiques du pays, a dit le porte-parole du département d’Etat.

L’administration américaine a condamné les violents incidents qui viennent d’embraser Bangkok, la capitale thaïlandaise. Washington déplore « profondément » ces incidents ainsi que les pertes en vies humaines qu’ils ont provoqués, a déclaré Gordon Duguid, porte-parole du département d’Etat. Les Etats-Unis, a-t-il précisé, ont exhorté les chefs des « Chemises rouges » à se rendre aux autorités. Les Etats-Unis veulent que les deux parties résolvent leurs différences à travers les institutions démocratiques du pays, a dit le porte-parole du département d’Etat.

L’offensive des forces de sécurité contre les « Chemises rouges » qui campaient depuis plus de deux mois au centre de Bangkok, la capitale, a fait au moins six morts et de nombreux blessés. Le couvre-feu nocturne de 10 heures a été étendu à 23 provinces du pays.

Les soldats sont passés à l’action dans la nuit de mardi à mercredi, utilisant des blindés pour démolir les barricades dans diverses rues de Bangkok. En dépit des affirmations selon lesquelles les « Chemises rouges » n’étaient pas armées, l’opération s’est heurtée à une certaine résistance.

Les forces de sécurité ont montré à des journalistes des munitions qu’ils affirment avoir récupérées dans le camp des manifestants situé dans le quartier des affaires de Bangkok. Ils ont aussi présenté une quinzaine de manifestants menottés.

Les leaders des « Chemises rouges » se sont rendus et ont exhorté les manifestants à regagner leur domicile pour éviter un bain de sang.

Survoltés par la réponse musclée du gouvernement, les protestataires ont saccagé et incendié des immeubles dans divers secteurs de Bangkok. L’ordre n’est pas encore tout à fait rétabli, a reconnu le porte-parole du gouvernement.

XS
SM
MD
LG