Liens d'accessibilité

Echange d’espions entre la Russie et les Etats-Unis à Vienne


La Russie a libéré quatre citoyens russes servant déjà des peines de prison pour espionnage au profit de pays occidentaux. Leur libération a été annoncé peu après que les Etats Unis aient déporté dix agents russes présumés détenus le mois dernier et condamnés par un tribunal new yorkais.

La Russie et les Etats-Unis ont conclu un échange d’agents secrets à Vienne, en Autriche. L’opération est censée mettre fin à un scandale d’espionnage qui a fasciné les médias, mais dont les deux gouvernements concernés ont tenté d'en minimiser la portée.

La Russie a libéré quatre citoyens russes purgeant des peines de prison pour espionnage au profit de pays occidentaux. Leur libération a été annoncé peu après que les Etats Unis aient déporté dix agents russes présumés détenus depuis le mois dernier et condamnés par un tribunal new yorkais.

Bien que ce cas évoque certains épisodes de la Guerre froide, la Russie applaudit l’échange. Le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que «les actions prises reflètent le contexte général de l’amélioration et l’enrichissement des relations russo-américaines ».

Pour Andrei Kotzunof de la fondation New Eurasia à Moscou, les deux pays se sont mis d’accord pour ne pas monter cette affaire en épingle. « Dans des circonstances différentes, cette affaire aurait pu gâter leur relations, et on aurait eu droit à des accusations mutuelles et beaucoup d’hystérie de part et d'autre. Mais la façon actuelle de traiter le problème suggère qu’aucun des deux côtés ne cherche à déclencher un conflit à propos de cet échange d’espions », a-t-il expliqué.

Un des détenus les plus notoires impliqués dans l’échange est l’expert en armement Igor Soutiaguine. Il avait été condamné à 15 ans de prison ferme pour avoir transmis des informations secrètes aux Etats-Unis. Le président russe Dmitri Medvedev l'a gracié ainsi que trois autres espions condamnés après qu’ils aient signés des aveux.

Cependant, son avocate, Anna Stavitskaya, affirme à la VOA que son client n’avait pas d’autre choix que de signer le document, puisque la lutte pour sa liberté dans les tribunaux n’a pas abouti.

Son cas, dit-elle, révèle les nombreux problèmes du système judiciaire russe. Soutiaguine s’était défendu au tribunal pendant trois ans et avait déjà adressé une demande de grâce au président, a fait savoir l’avocate. Mais, tout à coup, ce scandale d’espionnage a surgit, et tout s’est résolu en un jour, a-t-elle dit.

Selon les médias russes, les autres prisonniers libérés par Moscou sont Sergueï Skripal, qui travaillait au service de renseignement militaire russe, Aleksandr Zaporozhsky, un ancien colonel dans le service russe du renseignement extérieur, et Gennadi Vasilenko, un ancien officier du K.G.B.

Le département d’Etat américain affirme que plusieurs des détenus étaient en mauvaise santé.

L’affaire a suscité une attention médiatique importante aux Etats-Unis ainsi qu’en Russie. Cependant, malgré l’émoi produit par cette affaire, les présumés agents secrets russes ne semblent pas avoir accompli grand-chose. Ils ont simplement été inculpés d'avoir comploté comme agents étrangers aux Etats-Unis pour le compte de la Fédération de Russie.

Andrei Kutzonof de la fondation New Eurasia ne pense pas qu’ils attireront trop l’attention des médias une fois rentrés en Russie. « Plusieurs de leurs déclarations pourraient d’ailleurs être embarrassants aux services de renseignements russes », fait-il remarquer

Conformément à leur plaidoyer, les suspects ne pourront pas retourner sur le territoire américain sans autorisation spéciale. De plus, ils n’ont pas le droit de vendre leur histoire à la presse aux Etats-Unis.

Un onzième membre du réseau présumé d’espionnage russe a été détenu en Chypre, mais a disparu après avoir été libéré sous caution.

XS
SM
MD
LG