Liens d'accessibilité

Etats-Unis: mise en garde de Ben Bernanke sur le dossier de la dette


Ben Bernanke lors d'un point de presse à Washington (22 juin 2011)

Ben Bernanke lors d'un point de presse à Washington (22 juin 2011)

Les exhortations de Ben Bernanke à l’endroit du congrès et du président pour une réduction de la dette ne datent pas d’aujourd’hui. Il s’oppose, cependant, à ceux qui proposent des coupes immédiates dans les dépenses de l’Etat.

Le président de la Réserve Fédérale américaine, Ben Bernanke, a averti d’un retour à la récession économique, si les républicains au Congrès et le président Barack Obama ne parviennent pas à un accord sur le relèvement du plafond de la dette.

Prenant la parole devant une commission importante de la Chambre des Représentants, le gouverneur de la banque centrale des Etats-Unis a prévenu, ce mercredi, que sans l’augmentation de la capacité de crédit du gouvernement fédéral, le pays pourrait faire face à de graves conséquences. "A mon avis, si nous ne relevons pas le plafond de la dette, la plus grave conséquence sera, à un moment donné, la cessation des paiements. Et, comme je l’ai dit tantôt, cela entrainerait une calamité financière qui, à son tour, affecterait tout le monde et réduirait de beaucoup la création d’emplois," a déclaré M. Bernanke.

Ben Bernanke s’est adressé ainsi aux membres de la Commission des finances de la chambre basse, où certains députés républicains ont indiqué que, selon eux, le président de la Réserve Fédérale exagérait l’impact éventuel d’une cessation de paiement. Mais, pour M. Bernanke, c’est un scenario qui ne laisse aucun choix: "L’analogie correcte, dans le cas du relèvement du plafond de la dette, serait de dépenser follement en utilisant sa carte de crédit et, ensuite, refuser de payer les factures. C’est ce que veut dire refuser de relever le plafond de la dette."

Le président Obama (à droite) et le leader républicain John Boehner

Le président Obama (à droite) et le leader républicain John Boehner

Les exhortations de Ben Bernanke à l’endroit du congrès et du président pour une réduction de la dette ne datent pas d’aujourd’hui. Il s’oppose, cependant, à ceux qui proposent des coupes immédiates dans les dépenses de l’Etat. Il croit que de telle mesures pourraient avoir un effet négatif sur la croissance économique, ce qui se traduirait en une réduction de l’assiette fiscale, avec comme conséquence non voulue une aggravation du problème de la dette.

M. Bernanke insiste : “Washington a mis des années à accumuler cette dette, il lui faudra donc du temps—et des précautions-- pour s’en défaire.”

XS
SM
MD
LG