Liens d'accessibilité

Une ville bulgare interdit le voile intégral face à la montée du salafisme


Des femmes voilées sont assises dans un jardin dans la province de Raqqa, le 31 Mars 2014.

Des femmes voilées sont assises dans un jardin dans la province de Raqqa, le 31 Mars 2014.

La ville bulgare de Pazardjik a interdit le port du voile intégral dans les lieux publics, une mesure inédite en Bulgarie que cette municipalité du sud du pays a justifiée par une montée locale du salafisme.

Inconnu en Bulgarie il y a encore peu, le niqab s'est répandu depuis trois ans dans le quartier rom de cette ville (centre du pays) de 70.000 habitants, fief de l'imam autoproclamé Ahmed Moussa, jugé depuis février pour propagande islamiste radicale.

Par 39 voix contre 2, le conseil municipal a décrété une interdiction de "port dans les lieux publics de vêtements et accessoires couvrant le visage et empêchant son identification", sous peine d'une amende allant de 300 à 1000 leva (150 à 500 euros).

La Bulgarie, majoritairement orthodoxe, compte environ 13% de musulmans, principalement issus des minorités turque et rom. Le voile intégral n'y avait jamais été porté avant la montée en puissance récente de prédicateurs salafistes.

Ahmed Moussa et treize de ses proches sont jugés depuis février à Pazardjik pour propagande en faveur de l'organisation État islamique (EI) et aide logistique à des jihadistes européens en route pour le Moyen-Orient. Il a déjà été condamné à deux reprises pour dérives islamistes.

Parti de Pazardjik, le phénomène du port du voile intégral s'est répandu dans les ghettos roms de trois autres villes du sud-est.

Une formation nationaliste, le Front patriotique, qui soutient le gouvernement de centre-droit, a récemment présenté une proposition de loi interdisant le port du voile intégral à l'échelle nationale, sous peine de fortes amendes et d'une privation des aides sociales. Les personnes incitant au port du niqab risqueraient jusqu'à 3 ans de prison, selon cette proposition.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG